Accueil : Femmes, Internet et développement durable : Femmes et développement durable :

1er février 2005 | Imprimer cette page

Le concept GENRE ET DEVELOPPEMENT quelques analyses qui en sont faites au Togo

par Kouma Laurent Dekalikan

L’intégration des questions de genre dans les politiques et programmes de développement est devenue aujourd’hui pour les pays africains, notamment le Togo une nécessité d’importance capitale car les rapports sociaux fondés sur le genre dénotent une inégalité en faveur des femmes. La stratégie développée dans le cas de notre pays pour faciliter la prise en compte de ces questions a été la mise en place d’un pool de formateurs devant assurer le renforcement des capacités des acteurs concernés dans tous les secteurs clés.
Il a été montré que la problématique du développement avait connu une évolution en passant entre autre par les approches IFD (Intégration des Femmes au Développement), FED (Femmes Et Développement). Ces approches considéraient l’appui aux activités productrices des femmes comme un des instruments du processus de développement ou qui espérait améliorer la situation des femmes et promouvoir l’égalité entre les sexes par une remise en cause des rapports de pouvoir entre hommes et femmes. Mais la promotion de la femme n’ayant connu qu’une faible avancée, un nouveau concept a vu le jour, le genre. Ce concept considère qu’au delà des différences biologiques qui restent propres à chaque sexe, les différences de statut entre hommes et femmes et les rapports qui en découlent sont un construit social, donc peuvent être modifiés.
L’analyse de ces rapports met en évidence les inégalités en faveur des femmes. L’approche genre permet ainsi non seulement de remettre en cause les rapports inégalitaires, mais devient aussi un outil d’analyse pour le développement.
L’analyse de la question genre qui permet de faire une nette distinction sur les rôles biologiques, qui sont naturels, innés statiques, invariables, universels et immuables (exemple une femme tombe enceinte, accouche, allaite….un homme éjacule, détermine le sexe de l’enfant…)et les rôles de genre ou rôles sociaux qui sont acquis, interchangeables évolutifs varient selon la culture, le pays, la région, les collectivités (exemple faire la cuisine, la lessive..).
Il s’en suit que le genre pris isolément ne reflète aucun intérêt. Il faut l’intégrer aux secteurs de développement (éducation, information ,santé, économie etc..) pour lui donner de valeur.

Cela nous conduira aux études sur :

Genre, information communication et développement

Genre, législation et développement

Genre, agriculture et développement

Genre, violence et développement

Genre, santé de la reproduction

Genre, citoyenneté

Genre, éducation et développement

Genre, économie et développement

Ces différentes rubriques sont à suivre dans nos prochaines publications.