Accueil : Espace formation : Formations gratuites : Informatique, internet :

7 janvier 2005 | Imprimer cette page

Lomé, capitale mondiale de l’escroquerie par Internet ;l’évènement vaut l’attention

par Kouma Laurent Dekalikan

Ils prétendent être les héritiers de Sani Abacha, Joseph Mobutu ou Jonas Savimbi. Il affirment disposer de millions de dollars qu’ils souhaitent transférer de banques africaines vers l’Europe ou les Etats-Unis. Ils se présentent parfois comme directeurs de l’Ecobank ou de la BTCI. Lomé est devenue depuis quelques années la capitale mondiale de l’escroquerie virtuelle. Des millions d’internautes, à travers le monde, sont inondés d’Email bidon proposant des transactions pour le moins suspectes.
Il vous est déjà peut être arrivé de recevoir un courrier électronique d’un inconnu qui vous a fait rêver. La possibilité de gagner facilement et rapidement quelques centaines de milliers de dollars ou plus. Le contenu des messages est généralement assez classique dans leur présentation : " Bonjour, je suis Sami Savimbi, neveu de l’ancien chef de l’Unita en Angola, tué en 2002. Mon oncle, juste avant sa mort m’a confié 15 millions de dollars actuellement déposés dans une banque togolaise. Si vous m’aidez à transférer cet argent à l’étranger, vous recevrez une commission de 10%. Contactez-moi par téléphone ou par fax en toute discrétion ".
Ce mail a de quoi attitrer la curiosité.
En réalité, il s’agit, bien évidemment, d’une tentative d’escroquerie.
L’expéditeur du message n’est ni le neveu de Savimbi, ni le fils de l’ancien président nigerian et encore moins le cousin du Maréchal Mobutu, mais un escroc nigerian installé à Lomé.
La capitale togolaise est, en effet, devenue le repère de cette nouvelle race de bandits qui tirent profit de l’Internet et du courrier électronique. Ils sévissaient, il y a fort longtemps par courrier ou par fax mais les Email sont gratuits et permettent de toucher des millions de personnes en quelques minutes.
Généralement, ces gangs, manifestement bien organisés, disposent de téléphones portables au Togo où l’on peut les joindre pour prendre rendez-vous. Ils utilisent les messageries gratuites et anonymes de type Hotmail ou Yahoo depuis des cybercafés de Lomé.
Ils affirment être les héritiers d’hommes politiques africains décédés, ils peuvent parfois pousser le scénario un peu plus loin dans la sophistication.
Récemment, un Email prétendait être envoyé par le directeur financier de l’Ecobank (une banque privée installée à Lomé) qui possédait une dizaine de millions de dollars sur un compte appartenant à un couple d’allemand installé au Togo mais qui avaient tragiquement disparu il y a trois ans dans un accident d’avion. Et la banque n’avait jamais retrouvé les héritiers … Ecobank souhaitait virer l’argent en Europe et avait besoin du concours d’une personne bienveillante disposée à communiquer son compte bancaire en échange d’un confortable commission.
Rien de tout cela n’est vrai. Ce que les escrocs espèrent dans ce genre de sollicitation c’est qu’un " pigeon ", séduit par la proposition alléchante communique ses coordonnées bancaires. Alors, grâce à des complicités dans certaines banques du Nigeria, et des faux en écritures, le compte du malheureux candidat au jackpot sera rapidement vidé de son contenu.
La police togolaise tente de neutraliser ces gangs. Une quinzaine de Nigerians ont été arrêtés à Lomé au début de l’année. Mais la traque n’est pas facile car les individus n’ont pas d’adresse physique et leur numéro de téléphone mobile est juste une carte prépayée sans identité.

Le FBI prend l’affaire très au sérieux. Un département spécial au sein de l’agence fédérale américaine tente de remonter les réseaux et de les neutraliser.

Alors si un jour vous recevez ce type de proposition, la plus grande méfiance est recommandée. Il est conseillé de jeter les messages à la poubelle et de ne jamais répondre à l’expéditeur.