Accueil : Espace formation : Formations gratuites : Informatique, internet :

7 janvier 2005 | Imprimer cette page

E-Gouvernement : Le Togo récompensé en Inde

par Kouma Laurent Dekalikan

Pour la seconde fois en trois mois, le portail d’information de la République togolaise vient d’être distinguée par les professionnels de l’internet. Le site du Togo s’est vu décerner la palme d’or au forum sur l’E-Gouvernement qui vient de s’achever à Mumbai (Inde). En septembre 2004, une étude américaine avait classé le site officiel du Togo au 8ème rang mondial

Les 3000 participants réunis dans la capitale économique indienne pendant une semaine représentaient de nombreux pays européens, asiatiques, d’Amérique du nord et du sud. Experts en informatique gouvernementale, en gestion de site publics, en administration électronique, fonctionnaires des pays concernés et d’agences internationales, développeurs et fabriquants de solutions technique ont évoqué l’avenir de l’E-gouvernement.

L’E-Gouvernement, c’est la façon dont les Etats gèrent leur communication en utilisant le Web. Une technologie apparue il y à peine une décennie. Grâce à l’Internet, les pays ont la possibilité de communiquer mieux et plus vite et de se rapprocher ainsi de leurs concitoyens. L’Internet permet également aux gouvernements, ministères et administrations de réaliser d’importantes économies.
A cet égard, l’exemple donné par le représentant français est édifiant. Le journal officiel qui était publié 5 jours par semaine et dont la fabrication coûtait une petite fortune n’est plus disponible aujourd’hui que via le Web.

Lors du forum, le Togo a eu l’occasion d’évoquer son expérience et d’expliquer qu’il est l’un des premiers pays d’Afrique a avoir saisi l’opportunité des nouvelles technologies de l’information.

Le représentant togolais à Mumbai a rappelé que, dès 1996, le président Gnassingbé Eyadema avait décidé d’engager son pays sur la voie des autoroutes de l’information. Le portail d’information de la République togolaise a en effet débuté son existence à la préhistoire de l’Internet, en 1996.

A l’époque, le N°1 togolais eu du flair. Il estime que l’Internet peut être une opportunité extraordinaire pour mieux faire connaître le potentiel des pays en voie de développement, notamment en Afrique. D’où le lancement du site Togo il y a près de dix ans.

Les participants ont d’ailleurs souligné le caractère novateur du Togo dans ce secteur rappelant que ce pays avait été l’un des premiers au monde à lancer un portail officiel gouvernemental.

Lors de la présentation du site et de ses objectifs aux 3000 participants présents à Mumbai, le représentant de Lomé a souligné que www.republicoftogo.com. » avait plusieurs objectifs précis. Informer les Togolais, bien sûr, mais aussi s’adresser à tous ceux vivant à l’extérieur du Togo : diaspora, investisseurs, diplomates, étudiants, journalistes, chercheurs. Le site Togo a plusieurs missions : celle d’informer en temps réel le public sur l’actualité dans le pays (politique, économique, diplomatique ou sportive) ; celle également de renseigner tous ceux qui cherchent de l’information pratique (adresse d’un consulat, code des investissements ou hôtel où ils pourront loger à Lomé ou ailleurs dans le pays.

« Une mission de service public ». C’est la vocation du site officiel togolais. Lors d’un message lu pendant le forum, le président togolais a précisé la vision qu’il a du portail togolais et les atouts qu’il offre en matière de « désenclavement de l’information ». Pour le chef de l’Etat togolais, le site est aussi une alternative à l’information venant du nord. « Notre pays est désormais indépendant dans le traitement de l’information. Nous ne sommes plus prisonniers des diffuseurs du nord qui bien souvent ne relaient pas de manière convenable ce qui se passe chez nous ».
M. Eyadema estime que « le portail togolais est un excellent moyen de fournir au lecteur où qu’il se trouve à travers le monde une information objective traitée localement et diffusée avec une perspective internationale grâce au Web ».
Les participants rassemblés à Mumbai ont été sensibles à la présentation assurée par le représentant du Togo et aux arguments développés. La possibilité pour un pays en développement de gérer son information et ses capacités de diffusion en toute indépendance grâce à Internet a donné lieu à un long débat et à des critiques formulées à l’encontre de certaines grandes puissances.

Au terme d’une semaine de travaux, les oscars des meilleurs sites gouvernementaux 2004 ont été décernés. Le Togo s’est vu remettre par le Premier ministre indien, Manmohan Singh, la palme d’or. La palme d’argent revenant aux Etats-Unis et celle de bronze à la Chine.

Des qualités comme la pertinence de l’information, la réactualisation permanente du contenu, les services proposés aux internautes et son rôle de promotion politique, diplomatique et économique sont autant de critères qui ont motivé le choix du jury composé de professionnels.

Ce forum a rassemblé des représentants des gouvernements britanniques, français, américains, allemands, espagnols, italiens, coréens, chinois, israéliens, libanais, suédois, mexicains, indiens, notamment.

On notera que l’Inde est devenu l’un des géants de l’informatique mondial. La ville de Bengalore accueille un technoparc qui n’a rien à envier à la Sillicone Valley de Sans Francisco. Des milliers d’ingénieurs travaillent sur place à la mise au point de programmes révolutionnaires.