Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

26 décembre 2004 | Imprimer cette page

La révolution du streaming

par Mouboyo Ulrich De Dieu

Le streaming intéresse de plus en plus les internautes, webmasters, entreprises audiovisuelles, de radiodiffusion, artistes, structures de prorpiété intellectuelle (OMPI, CISAC par exemple)…car utile pour la webradio, la télévision sur Internet, la vidéophonie et le cinéma à la demande ou à la carte, les informations audiovisuelles en continue ou en temps réel, la formation en ligne, les films publicitaires interactifs, visioconférences, les clips musicaux, soirées musicaux, les communications événementielles (défilés, salons…) en live, émissions interactives…Cette technologie joue donc un rôle important dans la webradio, le webcasting et le simulcasting.
C’ est une technologie également utilisée pour valoriser son site et booster son trafic.

Venant du terme anglais « stream » signifiant flux, le streaming est une technique de transfert de données sous forme d’un flux (stream) régulier et continu. C’ est donc une technologie permettant de « diffuser des fichiers multimédias à la volée sans les stocker au préalable sur le disque dur de l’utilisateur. » (Article Réalisation de sites Internet ou Intranet dans www.actimedia6.com). C’ est la transmission multimédia en continu.
Ses avantages en termes de temps, de commodité sont évidents. « Avant l’arrivée du streaming, la diffusion de vidéos via Internet nécéssitait le téléchargement complet du fichier avant sa visualisation, ce qui était en général très long. Grâce au streaming, vous n’êtes plus obligé d’attendre la fin du téléchargement du fichier son ou vidéo pour commencer à voir ou entendre le document multimédia. La diffusion commence quelques secondes après le début du téléchargement. » (Article Le streaming dans www.wanadoo.fr). Le streaming permet donc de visionner et d’ auditionner des fichiers audio et vidéo sur Internet sans longs délais de téléchargement.
« Grâce à la transmission en continu, aucun fichier n’est stocké de façon permanente sur l’ordinateur de l’utilisateur et le lancement de l’application appropriée se fait très rapidement, évitant du coup les longs délais de téléchargement. Sauf pour un cours laps de mise en mémoire tampon (environ 10 secondes) durant lequel l’application multimédia stocke une partie de la transmission, causant une courte interruption du flux, l’utilisateur ne se rend pratiquement pas compte du chargement du fichier. » (Guides d’utilisateur Qu’est-ce que la transmission multimédia en continu ? dans www.bellsupportweb.ca).
La qualité du streaming dépendant de la vitesse de la connexion, de la bande passante, des logiciels d’ encodage/décodage, de lecture, l’ avènement du haut débit, la rapidité des progrès technologiques ainsi que la convergence technologique remarquée depuis quelques années ouvrent de perspectives intéressantes pour le streaming.

Cette technologie a même été évoquée lors des débats sur les droits des organismes de radiodiffusion dans le cadre de l’ OMPI. L’ actualisation de la protection des organismes de radiodiffusion s’ impose avec l’ apparition de types radicalement nouveaux de communication, et de distribution de contenu sur Internet. Les organismes de radiodiffusion utilisent le streaming. Le streaming permet de visionner et d’ auditionner des œuvres audiovisuelles ou sonores protégées par le droit d’ auteur et les droits voisins. La question qui se pose est de savoir comment tirer profit de cette révolution et se prémunir contre les éventuelles dérives. Comment garantir les droits voisins, le droit d’ auteur, les intérêts des organismes de radiodiffusion et le streaming sans toutefois briser l’ équilibre communautaire ou l’ intérêt général ?
On entend souvent que le streaming n’ entraîne que des copies temporaires. Vraiment ?
Julien Clainche apporte une intéressante contribution (Le format MP3 dans www.droit-ntic.com) en soulignant les limites du streaming en tant que copie temporaire : « cette technique a désormais ses limites, en effet une recherche poussée dans le fichier « temporary files internet » de Windows permet de retrouver le fichier reproduit d’ une part et le recours à des logiciels d’ enregistrement en temps réel permettent de contournet la contrainte. »
Juste pour dire que l’ œuvre protégée par le droit d’ auteur et les droits voisins est stocckée dans la mémoire cache de l’ appareil et que des moyens existent pour en faire une copie durable. Des moyens existent pour convertir cette copie temporaire en copie perenne et même en clone.

Mouboyo Ulrich De Dieu