Accueil : Le développement durable : Environnement :

26 décembre 2004 | Imprimer cette page

Barcelone : chauffe-eau solaires obligatoires

par N. Wihlm

Dans le cadre de son programme d’amélioration énergétique, Barcelone a décidé de rendre obligatoire, en 2000, l’installation de panneaux solaires thermiques pour fournir l’eau chaude de tout bâtiment nouvellement construit ou réhabilité. Une initiative qui fera l’objet d’une loi nationale en 2005.

La Catalogne et sa capitale Barcelone ont appliqué leur singularité à l’écologie. Pour réduire le recours aux énergies fossiles et lutter, à sa manière, contre le réchauffement climatique, un arrêté municipal, effectif depuis août 2000, a décrété l’installation généralisée et obligatoire de chauffe-eau solaires dans tout bâtiment neuf ou en réhabilitation, dont la consommation d’eau chaude dépasse les 2.000 litres par jour. L’objectif est qu’il doit représenter 60 % minimum des besoins en eau chaude.
Par "bâtiment", l’arrêté désigne des immeubles résidentiels, mais aussi des casernes, des prisons, des lieux dédiés à la santé, des équipements sportifs (stades, gymnases), certains locaux commerciaux, des constructions industrielles (pour l’eau chaude servant au processus de fabrication ou aux douches du personnel), ou encore toute autre surface disposant de cantines, de cuisines ou de buanderies collectives. Sont donc visés le secteur privé comme le secteur public.

2005, l’année du solaire thermique en Espagne

Les panneaux solaires thermiques semblent bien acceptés. L’installation de ces panneaux est même devenue " un argument marketing mis en avant par les promoteurs immobiliers " note avec surprise Victor Almagro, directeur d’Enersoft, cabinet d’ingénierie barcelonais spécialisé dans l’énergie solaire thermique.

Une loi nationale est prévue pour 2005 afin de favoriser le développement de l’énergie solaire thermique. "Bien sûr, la loi prévoira peut-être un seuil moins exigeant que Barcelone et ses 60 % de besoins en eau chaude, tempère Victor Almagro, mais elle exprime une volonté politique forte en faveur de ce type d’énergie et cela laisse toujours la liberté à chaque municipalité de fixer son seuil."

L’autonomie dont disposent les régions en Espagne semble expliquer le succès de la démarche, encore inédite ailleurs en Europe. Un tel arrêté est-il transposable en France ? Non, répond-on des deux côtés des Pyrénées. "Il est interdit en France d’imposer à un corps de métier une décision qui aurait pour conséquence une distorsion de la concurrence" explique Fabrice Bordet, chargé de développement chez ENERPLAN, Association de professionnels des énergies renouvelables, basée dans le Var. On en reste donc à l’incitatif en France, avec des municipalités, des communautés de communes, des départements ou encore des régions qui multiplient les initiatives, les incitations financières et les campagnes d’informations à l’instar de la communauté d’Aubagne où les bailleurs sociaux ne construisent plus sans faire appel au solaire thermique.

Sylvie Touboul
Mis en ligne le : 15/12/2004
© Novethic