Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

4 décembre 2004 | Imprimer cette page

L’ Application Service Providing (ASP) ?

par Mouboyo Ulrich De Dieu

On note une certaine effervescence autour de l’Application Service Providing (ASP), une formule de service d’application informatique fondée sur la technique ancienne du « time sharing » ou location de temps-machine. On peut la traduire en Fournisseur d’Application Hébergée (FAH). Les responsables marketing l’ utilisent souvent pour gérer leurs campagnes d’e-mailing. Ernst & Young a développé l’application ASP eFinancials à l’intention spéciale des dirigeants d’entreprise. Les éditeurs, fournisseurs d’accès en sont les acteurs historiques. « Officiellement créé fin 1999, Virtual Computer [ http://www.virtualcomputer.fr/ a mis sur le marché ses premiers services ASP en septembre 2000. Un "bureau virtuel" accessibles via un terminal Windows et depuis lequel l’utilisateur accède aux traditionnelles applications bureautiques » (http://solutions.journaldunet.com/0104/010423_it_richet.shtml).

Dans l’ ASP, l’ ensemble des applications fournies sont hébergées sur un serveur extérieur à l’entreprise cliente accessible grâce au réseau Internet permettant ainsi à l’entreprise cliente d’ utiliser les ressources fournies par son prestataire de service d’application. L’ application s’utilise comme si le logiciel était installé sur le poste de l’utilisateur.

L’ASP consiste donc a avoir recours à distance à une application informatique (logiciel de comptabilité, de finance,..) qui est hébergée chez le prestataire, l ’accès se faisant à partir d’un accès Internet et de l’interface d’un navigateur.

On distingue :

- l’ASP générique qui désigne l’offre des applications les plus généralement utilisées :le traitement de texte, la comptabilité, l’e-mail, les softwares HRM, les applications CRM, et les packages ERP complets ;

- l’ASP sectoriel qui ne concerne que des applications répondant uniquement aux besoins d’un secteur déterminé : applications fonctionnant complémentairement à des software existants (par exemple, des systèmes de planning d’itinéraires pour le secteur logistique et du transport) ou de systèmes intégrés réservés à un secteur (par exemple, un système intégrant la comptabilité, la gestion des stocks et l’administration pour les pharmaciens). Le marché de ces ASP sectoriels est naturellement limité, mais la spécialisation et la connaissance des exigences spécifiques au secteur confèrent assurément une valeur ajoutée à ce type de solutions ;

- l’ASP vertical qui donne aux entreprises la possibilité d’échanger des informations avec d’autres entreprises ( les places boursières électroniques en constituent un exemple typique, l’ASP veillant au bon transfert des informations entre vendeurs et acquéreurs.) ;

- l’ASP personnalisé qui est une solution ASP ’sur mesure’ se basant sur une analyse détaillée des besoins fonctionnels des softwares de l’ entreprise cliente.

C’ est en fait un nouveau mode de distribution d’applications informatiques venu des Etats-Unis. C’ est un modèle de commercialisation et de distribution d’applications qui consiste à fournir à distance moyennant une contrepartie financière l’accès aux applications informatiques. C’ est donc une révolution.

Ses avantages sont évidents pour l’ entreprise qui réalise des économies significatives : diminution des coûts d’installation et une optimisation du système informatique de l’entreprise, une moindre dépendance à l’égard du prestataire du fait que les données et les applications sont accessibles en ligne, évitement d’investissements complémentaires en équipements hard- et software. Pas de frais spéciaux d’acquisition, d’entretien et d’upgrading, évitement de mesures de back-up et de sécurisation supplémentaires.

Le principe de l’ASP libère l’ entreprise utilisatrice des contraintes de maintenance informatique qui bénéficie en permanence des mises à jour de l’outil. Selon www.wirtualcomputer.fr offrant ce service « l’entreprise se concentre sur son métier (Core Business) pour définir, enseigner les nouveaux processus de travail collaboratif et confie à des spécialistes l’intendance de l’infrastructure informatique ».

Ainsi, le support technique nécessaire au sein de l’entreprise est réduit au minimum diminuant les investissements informatiques en échange de paiements étalés et facilement gérables. L’ entreprise bénéficie de bien meilleures garanties de sécurité et de continuité que celles offertes par la gestion en interne de ses softwares. Seule demeure à la charge de l’utilisateur la mise en place d’une infrastructure suffisante pour répondre aux besoins d’accessibilité d’Internet. Il y a donc diminution des coûts d’installation et une optimisation du système informatique de l’entreprise comprenant le prix du matériel informatique, des réseaux, du maintien des compétences des équipes informatiques et éventuellement du coût engendré par l’arrêt du service et/ou sa mise à jour » (http://www.commentcamarche.net/entreprise/infogerance.php3 ) pour l’ entreprise qui se concentre sur son activité, tout en profitant d’un parc et de solutions mis à jour en permanence confié à une société possédant les compétences adéquates et capable de le maintenir 7 jours sur 7 24/24H (selon la convention de service), avec la possibilité d’ adapter ses besoins…

En somme, rapidité, efficacité, faiblesse des coûts, une trilogie souvent déterminante.

Cette formule d’ externalisation de l’ infrastructure informatique n’ est pas sans inconvénient. L’ ASP entraîne une perte partielle du contrôle de son système informatique avec le risque d’accroître son niveau de dépendance à l’outsourcing d’ éprouver des difficultés pour évaluer les modifications ultérieures de son système informatique.

Il faut donc beaucoup de sagesse pour prévenir toutes formes d’ intrusion, de détournement, d’ esclavage technique. La situation est plus embarrassante lorsqu’ il s’ agit des gérer, transférer, archiver et transmettre des données sensibles, directement ou indirectement nominatives. Pour l’utilisateur de se protéger contre les défaillances contractuelles de son cocontractant est une option plus sécurisante.

Mouboyo Ulrich De Dieu

mouboyoulrichdedieu@yahoo.fr