Accueil : Le développement durable :

4 décembre 2004 | Imprimer cette page

ANNUAIRE DE 325 ONGS TOGOLAISES EN LIGNE par Kouma Laurent DEKALIKAN

par Kouma Laurent Dekalikan

Le développement des organisations et associations est l’un des changements les plus spectaculaires intérieurs ces 10 dernières années dans la vie associative au Togo
Au lendemain de l’indépendance dans les 60, à peine l’on pouvait dénombrer 05 ONGs au Togo. Ces formes de regroupement échappèrent longtemps aux populations intellectuelles aussi que rurales. Pour les intellectuelles, c’est le goût de la bureaucratie qui consiste à se frayer une place dans l’administration comme une garantie sociale et celle des vieux jours.
Si les années 80 ont connu une explosion d’organisations et associations, cela pouvait s’expliquer par le fait que les dirigeants du Ministère du Plan auraient jouer un rôle capital. La région des savanes a été le centre d’éclosion des ONGs et c’est la région d’origine des différents Ministres qui se sont succédés audit département. Des actions de développement ont été enclenchées avec des soutiens financiers du ministère de tutelle et les donateurs extérieurs souvent orientés par ces responsables.
Les changements à la tête de ce ministère pendant les années 90 en faveur de la région maritime ; particulièrement la Préfecture du Zio font constater une seconde fois le développement du même scénario. Plusieurs dizaines d’ONGs ont encore vu jour .De nouveaux programmes de développement furent implantés dans cette localité.

Cette fièvre de création d’organisations gagne peu à peu les autres régions. Mais les espoirs nés de cette mobilisation de la société civile vont vite s’estomper. La rupture de la coopération de l’Union Européenne avec le Togo en est pour quelque chose. Plusieurs organisations ont alors tout simplement fermé leur bureau et d’autres n’ont d’existence que dans des sacs à main portés par les présidents enquête désespérément de financement à leur projet. C’est donc une longue période de sommeil et il fallait à ce titre faire quelque chose.

Cette évolution rapide du monde associatif togolais, non seulement impose des dispositions appropriées pour gérer la situation mais aussi appelle à des stratégies pointues face aux enjeux du développement local et participatif dans un contexte de mondialisation.
Ainsi dans le cadre du renforcement de la coopération décentralisée, le ministère du Plan a négocié et signé le 17 Mai 2002 avec l’UE le Programme d’Appui aux Organisations et à la Société Civile (PAOSC) qui devrait renforcer davantage la prise de conscience par les ONGs de leur rôle de locomotive d’une société civile forte et stable. Cet appui de l’UE permettra entre autres d’adapter la loi de 1901 à l’évolution du monde associatif, par une décentralisation et une simplification des procédures de reconnaissance des ONGs, afin de donner une base juridique aux réseaux et aux fédérations d’ONGs. Le PAOSC est guidé par le souci d’harmoniser les initiatives et d’instituer un cadre législatif cohérent pour renforcer le professionnalisme du secteur des ONGs et la coordination avec les services de l’Etat et les bailleurs de fonds. L’occasion fut alors donnée aux organisations de commencer par aiguiser leur appétit dans la perspective d’une reprise prochaine de la coopération avec l’UE.
En 2004 fut initié la création d’un annuaire des ONGs au Togo par le Ministère de l’Economie, des Finances et des Privatisations, avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Les travaux techniques ont été réalisés par un groupe technique comprenant les représentants du Ministère de l’Economie, des Finances et des Privatisations, des faîtières et de la coordination des réseaux régionaux d’ ONG, de la Banque Mondiale, de l’Union Européenne, de l’UNFPA. www.ong-togo.tg Au total 325 ONG ont été enregistrés dans la base dont 297 sièges et représentations d’ONG et 28 antennes.

Une très bonne initiative mais beaucoup sont ces ONGs qui méconnaissent les NTIC et son application au développement durable.
Il y a alors assez d’efforts à faire car les premiers pas annonciateurs de la reprise de la coopération avec le Togo sont esquissés . Cette première annonce a suscité des tollés de joie et des manifestations dont la dernière en date fut celle du 20 Novembre 2004 à la présidence de la république communément appelée Lomé II, avec un bilan provisoire de 13 morts et 216 blessés.
Faisons un peu mieux que cela car qui veut aller loin à cheval ménage sa monture.