Accueil : Le développement durable :

10 novembre 2004 | Imprimer cette page

Promotion du Volontariat et le Développement Humain Durable

par Kouma Laurent Dekalikan

Le volontariat au Togo, a connu ses débuts depuis la présence allemande. Les actions ont été dirigées par des missionnaires qui constituaient des groupes organisés sur place au nom de Mouvement scouts , composés de jeunes filles et jeunes gens, dont l’âge est compris entre 18 et 25 ans.
Ce mouvement a traversé les frontières coloniales allemandes pour atteindre le Togo sous la présence française avec cette nouvelle appellation de : Mouvement des Eclaireurs et Eclaireuses.

Juste après l’indépendance, un léger froid a soufflé sur le mouvement et ses activités devenus presque inexistants. Quelques années plus tard l’Association Togolaise des Volontaires Chrétiens (ASTOVOC)vit jour, et se veut un mouvement rassembleur d’associations de volontaires pour enfin s’éclater et dont les membres créèrent plusieurs individualités jusqu’à celles que nous avons aujourd’hui.

Les formes du volontariat, en vigueur dans les associations principalement celles qui sont partenaires d’Aedev au Togo, vont de l’entraide mutuelle ou auto assistance à la philanthropie ou service volontaire mais aussi de la participation ou l’engagement civique à la mobilisation sociale.
Le volontariat joue un rôle important et efficace dans le développement humain durable et mérite à ce titre d’être mieux structuré et consolidé dans la famille Aedev au Togo.
Les organisations et autres acteurs de la vie sociale doivent reconnaître et soutenir la contribution des volontaires à la cohésion sociale et au développement humain durable.
Partout ses actions sont inscrites dans le cadre du développement humain durable, en faisant appel à des ressources nationales et internationales avec des résultats effectifs et différenciés selon les localités. Les expériences de volontariat vécues par les uns et les autres ont permis d’identifier quatre domaines d’intervention porteurs d’enjeux et de défis majeurs : l’éducation, la santé, l’environnement et la culture de la paix.
Reçus particulièrement en période d’été, les volontaires arrivent dans notre pays après des contacts préalablement établis entre eux et les associations sur place, souvent à travers l’Internet dont le brillant service de Aedev dans la création des pages web à ces associations pour qu’elles se fassent connaître.
L’importance du volontariat dans le processus des changements est nécessaire à la société, les volontaires étant les « intermédiaires » de ces changements.
Beaucoup sont les réalisations faites çà et là par ses volontaires et leurs moyens financiers. Nous citons entre autres la construction et la réhabilitation des bâtiments publics surtout scolaires, la création de vastes périmètres reboisés, la dispensation des cours de remise à niveau des élèves et dons de matériels scolaires, l’alphabétisation des adultes, la participation aux campagnes de sensibilisation sur les ist/sida, sur la santé maternelle et infantile, la mise en place des structures d’accès à l’eau potable pour les population rurales, les échanges culturels et la culture de la paix…. Et plusieurs autres formes d’assistance sociale.
En reconnaissance à ces riches actions , nous devons nous engager à offrir un meilleur cadre de vie et un programme souple doublé de bons moments de repos, de distraction et d’échanges culturels et des repas dignes à ces volontaires que nous accueillons. Les associations impliquées dans cette œuvre humanitaire doivent se passer de tous les intérêts lucratifs pour respecter la déontologie de leur service. Rien de durable ne se fera si nous ne changeons pas nos habitudes. Les volontaires, acteurs de proximité, sont les défricheurs du futur et leurs actions permettent le rapprochement des personnes.
A cet effet, nous devons :
- Renforcer la collaboration effective des volontaires internationaux et nationaux ;
- Renforcer et dynamiser les capacités nationales de volontariat par la formation, l’information et l’encadrement de proximité ;
- Encourager et appuyer le partenariat avec des organisations de volontaires en accordant une priorité aux secteurs de l’éducation, de la santé, de l’environnement et de la paix ;
- Encourager et soutenir le rôle des volontaires en récompensant, par des actes de reconnaissance publique, leur contribution remarquable ;
- Impliquer le secteur privé dans la promotion du volontariat, par des contributions financières et matérielles notamment ;

Aedev au Togo suggère l’organisation des séminaires et conférences publiques ayant trait au volontariat et la mise en place d’un commissariat de surveillance de l’action de volontariat et du bénévolat auxquelles s’appliquent les associations partenaires au Togo.
Elle propose la facilitation et la promotion du volontariat électronique au sein des associations partenaires au Togo.
L’utilisation au mieux des moyens offerts par les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication pour développer le volontariat électronique

Ce nouveau produit qu’est le volontariat électronique qui permet à des compétences bénévoles ; qui sont les metteurs en pratique du savoir, d’aider les gens à se servir des Nouvelles technologies mérite d’être entretenu afin de permettre aux associations de nos pays du sud de participer à ce décollage nouveau que nous offre la technologie, en réduisant au mieux la fracture numérique.
C’est par l’action sur le terrain, des volontaires et de la société civile, qu’on pourra combler cette fracture numérique.

Qu’un regard plus honnête et plus attentif soit fixé sur l’organisation des camps chantiers internationaux et l’accueil des stagiaires et nos nobles objectifs de développement que nous nous sommes fixés car il y va de notre notoriété et de notre crédibilité vis-à-vis de nos populations bénéficiaires et des prestataires de service que sont ces volontaires expatriés.

JOYEUX MOMENTS D’ETE 2005 ET DE STAGES DANS LES ASSOCIATIONS PARTENAIRES D’AEDEV AU TOGO.