Accueil : Internet en Afrique :

20 mai 2004 | Imprimer cette page

RDC : Bilan de la fête de l’Internet

par Franklin Mpoto Yango

La fete de l’Internet 2004 a montré la vraie place qu’occupe les NTIC en RD Congo : très marginale.

Fracture Numérique en RD. Congo :
Deuxième Partie : Pistes de Solutions

Introduction

La fete de l’Internet 2004, qui s’est tenue du 26 au 28 avril 2004, tant à Kinshasa que dans quelques villes du pays comme Boma, Tshikapa, Kisangani et Lubumbashi a montré la vraie place qu’occupe les NTIC en RD Congo : très marginale.

Pour le grand public, l’internet : c’est la messagerie electronique, les jeux et l’ordinateur réduit au traitement des textes.
Si un PC est réduit à une simple machine à dactylographier et l’internet comme une alternative à notre service postal défaillant(Office Congolais des Postes et Télécommunications), les acteurs des NTIC en RD.Congo que nous sommes avons du pain sur la planche pour réduire tant soit peu la fracture numérique.

Cette deuxième note vise à ressortir quelques stratégies pratiques pour une appropriation de l’internet en RD Congo par le grand public.
Pour y parvenir, elle s’articule autours des points ci-après :
· les lecons à tirer de la fete de l’internet 2004 ;
· les stratégies d’appropriation de l’internet en Rd Congo ;

I. Lecons à tirer de la fete de l’Internet 2004

Parmi les Exposants, on a denombré :
1. Présidence de la RDC : www.rdc.cd
2. Agence Coongalaise de Presse : www.acpcongo.cd
3. Ditalcongo.net : www.digitalcongo.cd
4. Africanus.net : www.africanus.cd
5. Western Union ;
6. Shabani Records : www.shabanirecoreds.cd
7. Sogetel : www.starnet.cd
8. Saprocom : www.gnet.cd ou www.saprocom.cd
9. Global Web Dimensions : www.gwd.cd

Les Grands Exposants Absents :
1. Ministères des PTT
2. Ministère de l’Information et Presse
3. Ministère de Recherche Scientifique
4. Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire
5. Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel
6. Les Providers : Inter-connect, Raganet, Microcom SPRL, Congo Korea Telecom, Simba Telecom
7. Les Opérateurs Cellulaires : Vodacom, Celtel, Oasis, Congo Chine Telecom, Starcel
8. Fédération des Entreprises du Congo/TIC : Aton-Congo, Engineer Consultant Computer &Peripherals, Microconcept,...
9. Les Banques
10. Les Cybercafés
11. Les Centres de recherche
12. Les Municipalités
13. La Société Civile :Congo Concern Network-ongd, ...

Cette liste non exhaustive des absents à cette grande fete demontre la faible importance des TIC alors que personne ne peut s’en passer pour une meilleure condition d’apprentissage, d’autoformation et d’accès à la connaissance universelle.
Coup de chapeau donc au comité organisateur pour la sensibilisation tant du pouvoir public, des entreprises, des centres de recherche et la société civile pour une vraie implication lors de la prochaine édition.

II. Stratégies d’appropriation de l’Internet en RDC

L’appropriation de l’internet par le grand public en RDC passe d’abord par une réelle volonté politique du Gouvernement à travers la mise en place d’un cadre institutionnel, en l’occurence, la mise en place d’un Comité National des TIC, à défaut de créer tout simplement un ministère chargé des TIC au sein du gouvernement qui sera chargé d’élaborer la politique nationale des TIC en RDC,d’une part et par l’implication des autres acteurs des TIC, à savoir les centres de recherche, les entreprises et la société civile, d’autre part.

Cette politique nationale des TIC s’articulera, notamment, autour des points ci-aprés :

1. La création d’une société congolaise de l’information ;
2. L’accès à l’internet à haut debit à travers le cable optique marin qui passe au large des cotes de Banana ;

3. La gestion publique de notre domaine .cd pour eviter le monopole privé jadis deploré dans la téléphonie cellulaire ;

4. La relance de l’electrification du pays pour une meilleure couverture nationale ;
5. La législation et reglementation des TIC en RDC ;

6. Les structures officielles de régulation de ladite politique ;

Comité national des TIC sera composé de :
. Gouvernement
· Présidence de la RDC ;

· Ministères de PTT : Intérieur ; Energie ; Information et Presse ; Recherche Scientifique ; Enseignement Superieur et Universitaire ; EPSP ;

· Centres de Recherche des Universités( Unikin, Unikis, Unilu, ISTA, IFASIC,...) ;

· Fédération des entreprises du Congo/TIC ;

· Union Congolaise des Banques ;

· Société Civile :Congo Concern Network, ... ;

A coté de la mise en place de ce comité national des TIC en RDC, comme expression de la volonté politique du gouvernement dans le domaine des TIC, certaines stratégies sectorielles aideront à atteindre cet objectif, notamment :
· Secteur bancaire :expérimentation de l’usage des cartes de credit dans nos banques

· Dans nos entreprises :création des reseaux internet et intranet

· Secteur Public : informatisation et creation des sites internet de nos ministères, offices et regies, nos administrations et entreprises publiques

· Recherche scientifique : creation des universités virtuelles et télécentres,

· Programmes de cours : cours d’informatique à tous les niveaux,

· Programmes de sensibilisation à l’internet dans les grilles des programmes de radio et tv

· Cybercafés : présentation aux internautes de l’eentail des services auxquels on peut acceder sur le web

· Secteur Energie : relance du programme d’electrification de l’arrière-pays.

De ce qui précède, aux facteurs de production classique, terre, travail et capital, s’est ajouté la connaissance. Il appartient à tous les acteurs des TIC, ci-haut enumerés de s’impliquer dans l’appropriation des TIC par le peuple congolais. Cela nous permettra de combler notre retard structurel et par consequent à capitaliser l’internet comme une strategie de lutte contre la pauvreté en RDc.
Notre posterité ne nous pardonnera pas en cas de faille.

Par Franklin MPOTO IYANGO
Coordonnateur National de CONGO CONCERN NETWORK-ONGD
REPRESENTANT PERMANENT DE AEDEV EN RD. CONGO