Accueil : Centre de ressources :

6 février 2004 | Imprimer cette page

Logiciels libres et logiciels gratuits

par Aurore Gromier

Logiciel libre ? gratuit ? open-source ? copylefté ou non ? shareware ? Pour ne plus s’y perdre voici les définitions et les explications.

DEFINITION :

Logiciel libre : C’est un logiciel dont le code source est simplement disponible et visible par les utilisateurs. Il s’agit de raisonner en terme de liberté d’accès et non pas en terme de liberté financière. Un logiciel libre peut être payant mais ne sera jamais excessif.
La liberté s’exerce sur l’usage possible du logiciel. Contrairement aux logiciels propriétaires, l’utilisateur peut :
- accéder au code source du programme et l’adapter à ces besoins,
- distribuer des copies,
- faire profiter tous les autres utilisateurs des améliorations que l’on aura pu faire. Les modifications rendues publiques permettent de faire part des corrections des éventuels bugs et disfonctionnements repérés.
De plus ; ces échanges renforcent la fiabilité du logiciel. Chacun amène son savoir-faire pour contribuer à la perfectibilité du programme.
Les logiciels libres apparaissent de plus en plus comme un moyen de protester contre la domination écrasante des logiciels crées par les grandes entreprises commerciales (« fenêtres »).

Enfin , « logiciel libre » se traduit par « free software » et non pas freeware, qui sont des logiciels propriétaires distribués gratuitement mais uniquement sous forme exécutables. Il conviendrait aussi d’éviter l’utilisation du terme open source

http://www.framasoft.net/article1821.html

http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

CATEGORIES :
(classement établi d’après le site www.gnu.org)

Logiciel Open Source

Ce terme prête à confusion. Il est généralement utilisé comme synonyme du log libre mais les licences comportent des restrictions plus sévères que celles qui entourent les GNU/Linux.

http://www.gnu.org/philosophy/free-software-for-freedom.fr.html

Logiciel du domaine public

Logiciel du domaine public veut dire logiciel non soumis aux droits d’auteurs et sans copyright. Le code source n’est pas obligatoirement disponible. Si ce dernier est dans le domaine public, c’est un cas particulier de logiciel libre « non-copylefté ».

Logiciel copylefté (sous gauche d’auteur)

Le logiciel sous copyleft (littéralement, gauche d’auteur) est un logiciel libre, dont les conditions de distribution interdisent aux nouveaux distributeurs d’ajouter des restrictions supplémentaires lorsqu’ils redistribuent ou modifient le logiciel. Ceci veut dire que chaque copie du logiciel, même si elle a été modifiée, doit être un logiciel libre.

Logiciel libre non-copylefté

Le logiciel libre non-copylefté est diffusé par son auteur avec la permission de le redistribuer et de le modifier, mais aussi d’y ajouter d’autres restrictions.
Un logiciel libre non copy-lefté peut se transformer en logiciel propriétaire si l’un des utilisateur le décide . Le programme n’est pas protégé contre les abus de celui qui voudrai en vendre des versions dont le code source serait caché.

Logiciel couvert par la GPL

La GNU GPL (Licence Publique Générale GNU) est un ensemble spécifique de conditions de distribution pour copylefter un programme. Le projet GNU l’utilise comme conditions de distribution de la plupart des logiciels GNU.

Logiciel semi-libre

Le logiciel semi-libre est un logiciel qui n’est pas libre, mais qui s’accompagne de la permission pour les personnes physiques de l’utiliser, de le copier, de le distribuer, et de le modifier (y compris pour la distribution des versions modifiées) dans un but non lucratif. PGP est un exemple de programme semi-libre.
Bien qu’un semi -libre contienne un e démarche éthique, il n’apparaît pas compatible avec un OS libre, d’après la Free Software Foundation.
« Il est impossible d’inclure du logiciel semi-libre dans un système d’exploitation libre. Ceci est dû au fait que les conditions de distribution du système d’exploitation dans son entier sont la somme des conditions de distribution de tous les programmes qui le composent. Y ajouter un seul logiciel semi-libre rendrait le système tout entier seulement semi-libre ». Cela irait à l’encontre de la ligne de pensée des log libres.

Logiciel propriétaire

Le logiciel propriétaire est un logiciel qui n’est ni libre, ni semi-libre. Son utilisation, sa redistribution ou sa modification sont interdites, ou exigent une autorisation spécifique, ou sont tellement restreintes que vous ne pouvez en fait pas le faire librement. C’est le cas d’une grande partie des logiciels vendus et utilisés

Freeware

Un freeware est un programme sous forme exécutable distribué gratuitement mais dont le code source n’est pas accessible, et donc impossible à modifier.

Shareware (partagiciel)

Le partagiciel est un logiciel qui s’accompagne de la permission de redistribuer des copies, mais qui mentionne que toute personne qui continue à en utiliser une copie est obligée de payer des royalties. En général, le code source n’est pas fourni et le paiement d’un droit de licence est requis avant la copie ou l’installation du programme.

Logiciel commercial

Le logiciel commercial est un logiciel développé par une entreprise dont le but est de gagner de l’argent sur l’utilisation du logiciel.
La FSF établi une différence entre les logiciels commerciaux et propriétaires, même si ces derniers vont souvent de pairs. Il existe des logiciels commerciaux libres.

Qui crée des logiciels libres ?

Les logiciels libres sont crées par des informaticiens qui donnent du temps et du savoir faire pour développer des programmes libres afin que le recours aux log propriétaires ne soit plus obligatoire. L’association la plus connue est la fondation présidée par Richard Stallman, créateur du projet GNU, ancêtre de Linux. Elle milite pour le développement et la promotion du free software.

Qu’est-ce que le copyleft ?

La manière la plus simple de rendre un programme libre est de le distribuer dans le domaine public, sans copyright. Cela autorise les gens à partager le programme et leurs améliorations si le coeur leur en dit. Mais cela autorise aussi des personnes indélicates à faire du programme un logiciel propriétaire. Ils peuvent très bien y effectuer des changements, juste quelques-uns ou plusieurs, et distribuer le résultat comme un logiciel propriétaire. Ceux qui recevront le programme dans sa forme modifiée n’auront pas la liberté que l’auteur original leur aura donné ; l’intermédiaire l’aura fait disparaître.
Dans le projet GNU, notre but est de donner à tous les utilisateurs la liberté de redistribuer et de modifier les logiciels GNU. Si des intermédiaires pouvaient enlever cette liberté, nous aurions beaucoup d’utilisateurs, mais ils n’auraient aucune liberté. Alors, au lieu de mettre les logiciels GNU dans le domaine public, nous les mettons sous "copyleft". Le copyleft indique que quiconque les redistribue, avec ou sans modifications, doit aussi transmettre la liberté de les copier et de les modifier. Le copyleft garantit cette liberté pour tous les utilisateurs
Le copyleft est un concept général ; pour l’appliquer à un programme, vous avez besoin d’un ensemble de termes relatifs à sa distribution. Il y a de nombreuses façons d’écrire ces conditions de distribution, donc en théorie de nombreuses licences de logiciels libres sous copyleft peuvent exister. Néanmoins, dans la pratique actuelle quasiment tous les logiciels sous copyleft utilisent la Licence Publique Générale GNU. Deux licences différentes avec copyleft sont généralement « incompatible », ce qui signifie qu’il est illégal de mélanger du code utilisant une de ces licences avec du code utilisant l’autre à partir de là, il est bon pour la communauté de n’utiliser qu’une seule licence avec copyleft.

La "Free Software Foundation" (FSF, en français « Fondation pour le Logiciel Libre »), créée en 1985, est dédiée à la promotion du droit des utilisateurs d’ordinateurs à utiliser, étudier, copier, modifier et redistribuer les programmes d’ordinateurs. La FSF encourage le dévelopement et l’utilisation du logiciel libre (comme dans liberté) (en particulier le système d’exploitation GNU (aujourd’hui utilisé largement dans sa variante GNU/Linux) et la documentation libre (libre comme dans liberté). La FSF aide également à diffuser la conscience des questions étiques et politiques de la liberté dans l’utilisation des logiciels

Sources :

Sites francophones

http://www.linux-center.org/fr/

Portail français/anglais sur Linux et l’informatique libre.

http://www.gnu.org/home.fr.html

Le projet GNU a été lancé en 1984 afin de développer un système d’exploitation complet, semblable à Unix et qui soit un logiciel libre : le système GNU. (« GNU » est l’acronyme récursif de « GNU’s Not Unix » ; on le prononce « gnou » avec un G audible) Des variantes du système d’exploitation GNU, basées sur le noyau « Linux », sont utilisées largement à présent ; bien que ces systèmes soient communément appelés par le terme « Linux », ils le seraient plus exactement par « GNU/Linux ».
Site de référence incontournable lorsqu’on approche le monde du logiciel libre. Les sites sur le sujet s’entendent pour dire que gnu.org est la référence.

http://www.framasoft.net/

Annuaire des logiciels libres et gratuits compatibles avec Windows. Il compte 412 log libres et 1011 log gratuits.

http://www.april.org/index.html

L’Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre (APRIL) est une asso loi 1901 qui assure la défense, la promotion, et la démocratisation de l’informatique libre.

http://thot.cursus.edu/rubrique.asp?no=18073

Site crée par l’agence intergouvernementale de la francophonie. Il offre des ressources pour la formation à distance. Ses pages sur les logiciels libres appliqués aux établissements éducatifs sont nombreuses et variées.

http://www.traduc.org/

Traduc.org est un site portail francophone dont le but est de faciliter et coordonner les projets d’adaptation en français de documentations et de logiciels libres, ainsi que de promouvoir l’emploi de la langue française dans ces logiciels.

http://aaul.logiciels-libres.org/

Jeune site de l’association africaine des utilisateurs de logiciels libres.

http://www.fsfeurope.org/

« FSF Europe, organisation dont le rôle est de promouvoir le Logiciel Libre (Free Software) en Europe. En tant qu’organisation soeur officielle de la Free Software Foundation aux États-Unis, son activité sera centrée sur le Projet GNU, sans y être toutefois limitée. Elle fournit également un centre de compétences aux politiciens, juristes, et journalistes, dans le but d’assurer l’avenir légal, politique et social du Logiciel Libre. ».

http://www.adullact.org/

« A l’initiative de plusieurs villes, communautés urbaines, conseils généraux et régionaux et le soutien d’associations comme l’AFUL, l’APRIL, l’APRONET, ILLICO ou ARTESI Ile de France, a été créé un mouvement de développement collaboratif nommé ADULLACT - Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales. »

Sites anglophones

http://www.opensource.org/

Open Source Initiative (OSI) is a non-profit corporation dedicated to managing and promoting the Open Source Definition for the good of the community, specifically through the OSI Certified Open Source Software certification mark and program

http://www.unesco.org/webworld/portal_freesoft/

With its Free Software Portal, UNESCO intends to provide a single interactive access point to information for users who wish to understand and follow the Free Software movement, to learn why it is important and to apply the concept.
Portail en anglais de l’Unesco. Il compte environ 500 liens vers des sites offrant des logiciels, de la documentation, des associations, des ressources…