Accueil : Editorial :

1er février 2004 | Imprimer cette page

POUR UNE POIGNEE DE COLTAN

par Danielle Beaugendre


Le coltan , une abréviation pour colombo-tantalite, est un minerai qui associe deux métaux classés parmi les métaux réfractaires : le colombium (appelé aussi nobium, symbole chimique Nb) et le tantale (symbole chimique : Ta). C’est lui qui donne sa valeur au minerai. Le tantale est reconnu pour sa dureté et sa résistance extrême à la chaleur et à la corrosion. Il sert à fabriquer des pièces d’avion, des fusées , des outils de précision, mais surtout des objets de consommation très courante : des condensateurs pour les ordinateurs et les téléphones portables.. Le secteur de l’électronique monopoliserait ainsi 60 à 80% du marché du tantale. [1].
Le tantale est devenu indispensable parce qu’irremplaçable.

- La surchauffe des années 1998-2001

La demande en tantale a explosé ces dernières années, ce qui explique la hausse vertigineuse de son prix à partir de 1998. [2] La frénésie atteint son comble en 2000 : le prix du kilo de tantale grimpe jusqu’à 485 $US. [3] Outre l’explosion du marché des téléphones cellulaires, il est clair aussi que les spéculateurs avaient pénétré les marchés. La bulle des NTIC s’étant dégonflée dès 2001, le prix du coltan a suivi à la baisse. Mais il n’en reste pas moins hautement lucratif (il est deux à trois fois plus rentable que l’or), bien plus que l’agriculture !

- Où trouve-t-on du coltan ?

Les richesses minières de la RDC

Les plus belles réserves de ce minerai se situent en Australie, au Brésil, au Canada. Mais le minerai le plus pur serait celui du Kivu, au sud est de la RDC. En 2000, la RDC aurait produit, en 2000, 130 tonnes de tantale, soit 11% de la production mondiale. De façon très étonnante, le Rwanda voisin aurait lui produit 160 tonnes accaparant 13% du marché mondial. [4]
 [5]
Or il est largement reconnu que la majorité des exportations rwandaises proviennent en fait de la RDC. La RDC assurerait 20% de la production mondiale.

Nous voilà au cœur du problème. Dans cette région du monde où il n’y a plus de paix depuis 20 ans, le coltan, sans pour autant faire cesser les autres trafics "classiques" (or, diamants, bois), est devenu l’objet de toutes les convoitises, de toutes les compromissions, le ressort de cette interminable instabilité du Centre-est africain, pour le plus grand malheur des populations.

- Le coltan est d’exploitation artisanale

Il n’y a pas à l’heure actuelle de structure industrielle d’exploitation .
Les sites sont à ciel ouvert, les hommes travaillent par petits groupes de cinq, selon une méthode qui ressemble fort à celles qu’utilisaient les premiers chercheurs d’or.

JPEG - 9.3 ko
Bolée de concentration

Sur le bord d’un étang ou d’une rivière, ils nettoient des poignées de boue à la recherche de minuscules morceaux du minerai et se partagent à la fin le produit de la récolte...
Les mineurs, appelés aussi "creuseurs", après avoir fait vérifier la marchandise par un inspecteur, suivent leur sac de coltan jusqu’au comptoir où le minerai sera échantillonné et analysé. Selon la pureté du produit, et son poids, le mineur recevra son salaire. Travail pénible, dangereux en raison des éboulements fréquents, mais très rentable : un "creuseur" peut gagner jusqu’à 115 dollars en deux semaines. Pour gagner la même chose, un paysan devrait récolter des haricots pendant un an et demi.

- Les conséquences directes de la ruée vers le coltan.

Cette ruée s’est amplifiée au temps de la grande "surchauffe", et si les prix actuellement sont retombés, paradoxalement, ce n’est pas le cas de la demande.

L’exploitation de ce métal si précieux a déséquilibré la société locale.
Déplacements démographiques notables, abandon d’activités agricoles et d’élevage, (la région de Masisi était autrefois une région d’élevage bovin), abandon scolaire, (à 12 ans, voire 10, on peut creuser et transporter), inflation du prix des denrées alimentaires. Et en toile de fond, le cortège habituel des graves atteintes à la dignité de l’être humain : la prostitution, les trafics d’alcool, de drogues et la délinquance associée.

La fièvre du tantale a porté de graves atteintes à l’environnement.

La déforestation du Parc national du Congo, l’une des dernières forêts primaires, s’est accélérée. Les mineurs se nourrissant "sur le terrain" chassent l’éléphant, l’okapi et les derniers gorilles.

Le tantale est un métal radioactif, qui contient de l’uranium en petites doses. Il n’y a pas d’informations précises concernant la dose de poussières radioactives inhalées lors du traitement du coltan. On sait par contre que la radioactivité initiale se retrouve presque entièrement dans les résidus du minerai, qui sont invariablement rejetés dans les cours d’eau. Mais c’est tellement loin, et les portables rendent de si grands services !

- Le coltan, nerf de la guerre

20 ans de guerres, 3 millions de morts, rien qu’en RDC. Pas moins de six pays voisins [6] et plusieurs groupes rebelles se disputent, pied à pied, les dépouilles du Congo.

L’armée rwandaise aurait réalisé un gain de près de 250 millions de $ en 18 mois, grâce à la vente du coltan, alors qu’on ne trouve pas de mines au Rwanda. Sans se cacher le moins du monde, les officiers rwandais ont même acheminé 1500 prisonniers rwandais, reconnaissables à leurs uniformes roses (culotte et blouse) puisqu’ils travaillent ainsi habillés, comme s’ils étaient au Rwanda. Des groupes armés "rebelles" entretiennent une insécurité permanente, qui leur permet d’exercer un fructueux racket sur les populations. Le coltan finance le trafic d’armes, il est le nerf de la guerre.

- "Pas de sang sur mon portable" !

En avril 2001, la publication d’un rapport de l’ONU met à jour l’exploitation illégale des ressources de la RDC. Ce rapport met sérieusement en cause l’Ouganda et le Rwanda accusés de piller systématiquement les ressources du Congo. Bien que critiqué pour ses lacunes, ce rapport a néanmoins stimulé l’action d’ONG belges, qui ont lancé le slogan "Pas de sang sur mon portable !".

- Le gouvernement belge a crée un groupe de travail ministériel chargé d’analyser les conclusions du rapport des Nations Unies.

- Création d’une commission d’enquête sénatoriale.

- Les compagnies aériennes SABENA et Swiss Air Cargo (avant leurs faillites respectives..) ont suspendu le transport du coltan et autres minéraux en provenance de RDC.

- En septembre 2001, les Représentants américains ont voté la suspension des importations de coltan originaire de RDC. Les deux sociétés américaines Kemet et Cabot Corporation [7]ont annulé leurs commandes.

Dans les faits, l’acheminement du coltan emprunte des voies imprévues, si détournées qu’il est impossible de remonter à la source, pour toujours arriver à bon port, chez les raffineurs occidentaux.

- "Le coltan blanchi en Belgique".

C’est le titre du Soir en Ligne [8]le 5/11/2002. La commission d’enquête sénatoriale a bien travaillé : un homme d’affaires bruxellois a été identifié. Il est soupçonné de blanchir, via la Suisse, l’argent du trafic du coltan. Il n’est que l’homme de paille de la Société Minière des Grands Lacs (SOMIGL), dirigée par Aziza Kulsum, alias Mme Gulamali. [9] Cette société a le monopole de la commercialisation du coltan dans les territoires contrôlés par le Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma, (RCD), un mouvement rebelle pro-rwandais.
Aux dernières nouvelles, la justice suisse a bloqué de nombreux comptes appartenant à Aziza Kuslum, et à des sociétés détenues par ses propres enfants.
Au jour du 16 novembre 2003, l’enquête suisse ne permettrait pas de démontrer que le commerce du coltan est illégal..

CONCLUSION

Dans la mythologie grecque, Tantale est un roi de Phrygie ou de Lydie - la Turquie actuelle - qui pour avoir offensé les dieux, fut précipité dans les Enfers, et condamné à souffrir d’une soif et d’une faim éternelles.Telle pourrait être la morale de l’histoire du coltan.
C’est tout le contraire ! Au Congo, la morale devient immorale, les rôles sont inversés. Dans l’indifférence générale, les nouveaux seigneurs de la guerre et les rois de la fraude s’engraissent, tandis qu’ils plongent dans l’enfer les innocents. Pour une poignée de coltan.


[1Il faut très peu de ce métal dans les condensateurs : 1,8g pour 1000$ US d’appareils électroniques livrés aux EU

[2La consommation mondiale de tantale en 2001 fut de 2000 tonnes et il est prévu une consommation de 2800 tonnes en 2005.

[322 $ actuellement.

[4Tableau statistique , consulter l’étude canadienne, 42 pages PDF à l’adresse suivante : http://www.unites.uquam.ca/grama/pdf/Martineau_coltan.pdf

[5Grama, groupe de recherche sur les activités minières en Afrique, mai 2003, UQUAM, faculté de Science Politique et de droit de Montréal.

[6Rwanda, Ouganda, Zimbawé, Angola, Namibie, Burundi.

[7Il s’agit des deux principaux raffineurs mondiaux de coltan, activité très concentrée.

[8Quotidien bruxellois.

[9Femme d’affaires redoutée, d’origine indo-pakistanaise, de nationalité burundaise, elle a été entendue par la commission sénatoriale belge le 31 mai 2002. Depuis, elle est en fuite.