Accueil : Centre de ressources :

21 janvier 2003 | Imprimer cette page

Des initiatives en faveur du livre et de l’édition en Afrique

par Nathalie Leménager

On assiste actuellement en France à un certain engouement pour la littérature africaine, mais ce phénomène ne semble pas bénéficier aux éditeurs africains. La plupart des auteurs africains sont publiés en Europe et 90 % des ouvrages
commercialisés en Afrique proviennent d’éditeurs français.
Les obstacles au développement de l’édition sont nombreux : le manque de financement, des techniques d’édition obsolètes, un réseau de distribution limité, difficile à organiser compte-tenu du manque d’infrastructures de communication, des barrières linguistiques, le poids des éditeurs internationaux... Pourtant deux initiatives francophones récentes, de nature différente, vont peut-être contribuer à développer l’édition et la diffusion des livres africains en Afrique et hors d’Afrique...

- Un collectif de douze éditeurs vient de lancer une nouvelle collection : Enjeux Planètes. Cette collection propose des essais sur les différents défis liés à la mondialisation. Le processus d’édition est original : les douze éditeurs choisissent les titres à l’unanimité, les textes sont relus, éventuellement traduits et mis en page au Canada après un travail de révision collective, puis ils sont imprimés en une seule édition en Tunisie et expédiés ensuite dans les différents pays. Une règle de péréquation permet aux éditeurs d’Afrique sub-saharienne et du Maghreb de ne supporter que des coûts très inférieurs à ceux pris en charge par les éditeurs du Nord.
Pour en savoir plus, se reporter au site des Editions Charles Léopold Mayer ou écouter un entretien avec Michel Sauquet, responsable des éditions et de la communication, Fondation Charles Léopold Mayer, sur le site de Radio-Canada.

Cette initiative est un programme de l’Alliance des éditeurs indépendants, une association à but non lucratif, de loi française. Fondée au printemps 2002, "héritière de l’ensemble des activités d’un programme de la Fondation Charles Léopold Mayer, elle se rattache à une école de pensée résolument humaniste, qui, en particulier, ne nie pas l’intérêt du processus de mondialisation, mais cherche à le rendre plus juste." Cette association s’est fixé entre autres objectifs de soutenir des opérations éditoriales collectives (co-édition, création de collection, etc.), principalement dans les domaines des sciences humaines et sociales. Ce programme de soutien est appelé la Bibliothèque interculturelle.

- Afrilivres
est une association d’éditeurs d’Afrique francophone subsaharienne (elle devrait prochainement s’élargir aux éditeurs d’Afrique du Nord). Elle propose une cyberlibrairie regroupant les livres disponibles de ces éditeurs. Une sélection de titres est stockée par Servédit, un diffuseur français, et commandable directement sur ce site en ligne par paiement sécurisé. L’initiative Afrilivres a été lancée par un comité de pilotage d’éditeurs africains réunis en novembre 2001 par Africultures avec l’aide de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme. La cordination technique est assurée par
Africultures et Culture et développement. Ce programme de soutien à l’édition en Afrique est soutenu par le ministère des Affaires étrangères français, l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie et l’Alliance des éditeurs indépendants.
Pour en savoir plus, lire un entretien avec Etienne Galliand sur Manuscrit.com.

- A consulter également :

APNET - le Réseau des éditeurs africains
a été créé en 1992 pour promouvoir l’édition locale en Afrique.

African Books Collective est un organisme à but non lucratif regroupant 74 éditeurs africains indépendants. Il est soutenu par des agences gouvernementales et des agences internationales. Son objet est de commercialiser et distribuer hors d’Afrique des ouvrages publiés en Afrique.

On peut également citer l’action de l’Agence intergouvernementale de la Francophonie, à travers son dispositif d’appui au développement des capacités éditoriales dans les pays du Sud. L’objectif est de leur permettre de produire eux-même les livres dont ils ont besoin en fonction de leurs moyens propres. Cette action est centrée sur les livres scolaires et la littérature de jeunesse. Cf. Programmation 2002-2003, Chantier 2 : Cultures et médias.