Accueil : A lire, à voir.. :

11 avril 2016 | Imprimer cette page

E3D, Un colloque international pour le développement durable, au Togo

par melissandre

Au mois de mars dernier, des industriels et universitaires du monde entier se sont réunis pour trouver ensemble des solutions pour améliorer le développement durable, à travers la collaboration entre des universités et des industries. Au Togo, dans la ville de Lomé, pour cette cinquième édition du colloque E3D, des participants venus du Bénin, du Burkina Faso, de France, ou encore de Suisse se sont réunis autour du thème "Eau, déchets et développement durable."

Cette conférence internationale mobilise l’expertise francophone et se déroule tous les deux ans. Cette année, le colloque était organisé par l’association et technologie de Sfax en Tunisie, les écoles des mines d’Alès et de Saint Etienne en France, l’université Senghor d’Alexandrie en Egypte et les universités de Lomé et de Kara au Togo, sur le thème "Quel type de coopération entre les universités et les industries pour un développement durable ?"

Des chercheurs, des industriels, des experts consultants techniques, décideurs politiques et économiques, ainsi qu’acteurs de la société civile ont ainsi échangé sur les résultats de travaux en laboratoire. Le but : mettre à profit les réflexions et les méthodologies de chacun dans les domaines visés (énergie, eau, déchets). Ces échanges se sont faits autour de différents ateliers : un atelier sur l’eau, un atelier sur les déchets, et un atelier sur l’énergie et le développement durable. Les participants ont également abordé les besoins et pratiques du monde industriel.

- DECHETS : étude des sources de production, gestion, traitement, valorisation. 1.3 milliard de déchets solides sont produits par an, soit 1.2 kilo par personne par jour. Un chiffre qui risque d’augmenter et de passer à 2.2 milliards d’ici 2025.

-EAU : étude de la qualité, production, utilisation, pollution, traitement des eaux usées, potabilisation

-ENERGIE : étude des énergies renouvelables, promotions. La consommation d’énergie a augmenté de 40% en 20 ans. Cette augmentation est dûe à la croissance démographique, la mondialisation, la raréfaction des ressources primaires, les progrès technologiques.

-DEVELOPPEMENT DURABLE : trouver un équilibre cohérent et viable entre écologie, social et économie. Un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Un atelier visant également à trouver des solutions pour faire coexister harmonieusement l’écologie, l’économie et le social.

Pour clôturer le colloque, les participants se sont rendus sur la côte togolaise, afin de prendre conscience concrètement des impacts des changements climatiques et de la montée des eaux de la mer, avec comme conséquence l’érosion du littoral.

Les jeunes chercheurs ont ensuite obtenu différents prix, sous forme de participations financières, grâce au financement de l’institut francophone du développement durable. Cerise sur le gâteau, cette conférence s’étant déroulée au moment de la journée internationale de la femme, une récompense a été également attribuée à la meilleure communication féminine.

En conclusion, malgré les faibles ressources disponibles dans les pays en développement du sud, les résultats obtenus par les recherches dénotent de la volonté et de l’investissement des scientifiques, au service du développement durable. C’est pourquoi une véritable collaboration entre les laboratoires et les équipes de recherches est indispensable pour permettre aux progrès effectués de se poursuivre.

Mélissandre BRIANSOULET journaliste