Accueil : Le développement durable : Environnement :

17 février 2013 | Imprimer cette page

TCHAD : POUR L’AVENIR D’UN ANCIEN LAC

par Eberschweiler

L’un des problèmes majeurs lié au réchauffement climatique est l’imprévisibilité sur la capacité de reproduction ou de renouvellement des écosystèmes et des ressources naturelles. Au Tchad, l’image la plus communément reprise pour illustrer le catastrophisme lié au changement climatique est celle d’un Lac, d’aujourd’hui 2500 km², qui aurait perdu 90% de sa surface en une vingtaine d’année à peine. Il s’agit du Lac Tchad.

Le Lac Tchad est une perle incrustée au cœur d’une région aride sub-saharienne. Cette vaste étendue d’eau, aujourd’hui partagée entre 4 Etats, le Tchad, Le Niger, le Nigeria et le Cameroun, a un régime hydrologique exceptionnel, une biodiversité surprenante et une histoire hors du commun. Soumis aux irrégularités du climat sahélien, la superficie du Lac Tchad connait des variations brusques et surprenantes depuis des milliers d’années. Il y a plus de 7000 ans, il aurait eu l’aspect d’une véritable mer intérieure, la « mer paléotchadienne » et recouvrait plus de 330 000 km².

Aujourd’hui, le monde s’alerte. Les images prises par la Nasa révèlent des chiffres inquiétants : le lac Tchad aurait perdu 90% de sa surface en à peine 20 ans. Il recouvrirait aujourd’hui une surface de 2500 km²
On pointe alors du doigt le réchauffement climatique, on s’agite et on s’accable. La population dépendante des ressources du Lac n’a jamais été aussi nombreuse, et le Lac atteint un état critique. On pense même à creuser un canal, de l’Oubangui en Centre-Afrique au Chari, son principal affluent, pour le remettre en eau.

Mais la question de la sauvegarde du Lac Tchad doit être abordée de manière transversale, en prenant de la distance avec l’afro pessimisme écologique ambiant. Car ce n’est pas une terre qui se meurt, c’est un espace qui a toujours changé et qui continue de le faire. Certes influencé par un changement climatique et des cycles qui lui sont propres, il l’est aussi par la surexploitation et le manque de coordination étatique.

Une étude approfondie et transversale de l’histoire et des dynamiques autour du Lac permettrait de prendre du recul sur la question et d’éclairer les pistes d’une valorisation du Lac Tchad. Car sauver le Lac Tchad rejoint la question de la valorisation d’une ressource changeante, à laquelle il faut ajouter une dimension de durabilité : il faut exploiter au mieux le Lac pour satisfaire les besoins des populations présentes sans compromettre les générations futures à répondre aux leurs. Mais justement la difficulté réside dans le fait que le présent est incertain et l’avenir imprévisible.

Pour en savoir plus...

Le rapport La valorisation du Lac Tchad propose de poursuivre la réflexion sur les perspectives de valorisation du Lac Tchad sous un œil nouveau. Etude pluridisciplinaire, il offre une synthèse de l’histoire incroyable du Lac, de son état actuel et des dynamiques qui lui sont liées en empruntant et en s’inspirant de travaux d’origines diverses. Dans une seconde partie, l’étude propose d’aborder le problème d’un point de vue économique, en référence à l’économie de l’incertain et rend compte de l’impact du changement sur la durabilité des stratégies de valorisation des acteurs, le tout permettant de reconsidérer la question de la sauvegarde du Lac Tchad et d’encourager une gestion durable de ses ressources.

EBERSCHWEILER Clémence