Accueil : TIC et développement  :

11 juillet 2010 | Imprimer cette page

Les femmes dans les TIC – Faire avancer la chaîne de valeur

par Marine Bourrier

Août 2007 – Existe-t-il des opportunités pour les femmes dans l’industrie des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ? Ou les TIC sont-elles une affaire d’hommes ? Les TIC sont des outils indispensables utilisés par tous pour en finir avec les limites de temps, de coût et de distance. En outre, beaucoup utilisent les TIC pour résoudre des problèmes et créer de nouvelles opportunités.

Jetons un coup d’œil à la façon dont la téléphonie mobile et Internet ont révolutionné la manière de travailler, d’apprendre, de communiquer et de se détendre. Les Technologies de l’Information (TI) et les Télécommunications sont en train de changer notre façon de vivre. Les TIC ne sont pas près de disparaître car nous vivons à une époque où la survie et la performance dépendent de l’accès de qualité à l’information et à la connaissance. Les individus, les organisations et les gouvernements ont tous besoin des TIC et les utilisent afin d’être plus rapides, plus rentables et efficaces. Les TIC c’est le fondement de l’économie de la connaissance.

Egalité des sexes

Néanmoins, divers défis sont associés aux TIC. Les incohérences dans l’exploitation et le développement des TIC sont une préoccupation majeure. Par exemple, quel a été l’impact des femmes dans les TIC ? Dans de nombreuses sociétés, les femmes sont encore incapables de se rendre compte de leurs potentiels. L’objectif 3 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) est de « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes » - la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomie des femmes. Quel est le rôle des TIC dans le développement économique et social des femmes ? Cette question concerne tous les aspects de la société. Il y a évidemment un lien direct entre l’autonomisation des femmes et la réduction de la pauvreté. Grâce à ses avantages particuliers, les TIC ont été reconnues comme un outil pour rendre autonome les hommes et les femmes. Mais cette notion se base-t-elle sur la réalité ? Les TIC nuisent-elles aux femmes ou les aident-elles ?

Comment est-il permis aux femmes d’apporter leurs contributions dans la société ? Les femmes jouent un rôle essentiel dans la société alors pouvons-nous réellement créer de la richesse et fournir des opportunités grâce aux TIC si les femmes sont numériquement exclues ? Les femmes peuvent-elles vraiment être autonomes sans un accès de qualité à l’information ? Ces écarts d’information et de connaissance existent déjà dans la société et la majorité des femmes –rurales et urbaines- semblent ne pas se trouver du bon côté du fossé.

L’ancien Secrétaire Général des Nations Unies, Kofi Annan, au Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), 2003, a affirmé : « Il y a un clivage des genres, avec les femmes et les filles bénéficiant moins de l’accès aux technologies de l’information que les hommes et les garçons. »

Admettons-le, les TIC ne sont rien sans accès. Nous ne pouvons pas sous-estimer l’importance de l’accès. Pour tirer des avantages des TIC, il faut y avoir accès. L’existence ou l’accès matériel ne suffisent pas. Accès signifie usage –capacité de l’utiliser, capacité de travailler, d’apprendre, de communiquer et de créer avec l’information et les ressources fournies. Comparé aux hommes, moins de femmes ont accès aux ordinateurs et à Internet et les utilisent. La Division des Nations Unies pour l’Avancement des Femmes, publication de septembre 2005 : « Femmes en l’an 2000 et au-delà », confirme que « Les femmes sont des utilisateurs minoritaires dans presque tous les pays développés et en voie de développement. »

Les TIC pour tous

Les TIC sont la ressource principale de la société d’information. Sans un réel accès à la technologie, les femmes se trouvent limitées quant à leurs possibilités d’apporter leurs contributions et aussi à la manière de s’y prendre. L’accès doit être amélioré –disponibilité et qualité. Davantage de femmes, en particulier dans le secteur rural et informel, ont besoin d’utiliser les TIC pour accomplir certaines choses dans leur vie et dans leur travail. Les femmes doivent être des participants actifs des TIC – utilisateurs, professionnels, créateurs, producteurs et entrepreneurs. Pour apporter du changement, les femmes doivent s’engager dans des TIC efficaces et dans les activités assistées par les TIC - usage et production. Je suis toujours perplexe quand je reçois ou entends des commentaires sur « les professions et les domaines des TIC pour les femmes ». Dans les TIC, il n’y a pas de restrictions de genre ! Finissons-en avec ces stéréotypes une bonne fois pour toutes. Il n’y a pas de professions féminines ou masculines dans les TIC.

Par ailleurs, il n’y a pas de mal à consommer des TIC si elles sont utilisées pour améliorer l’efficacité et l’effectivité. Ou si elles offrent un avantage en termes d’options créatives. Si nous ne voulons pas retourner à l’époque des dinosaures, nous devons tous utiliser ces outils de connaissance pour y arriver. On ne peut pas résoudre les problèmes de demain à l’aide d’outils d’hier.

La portée des TIC s’est étendue grâce à l’expansion phénoménale d’Internet, aux progrès dans les technologies et à la dépendance mondiale croissante à l’égard des TIC. Les TIC ne sont pas là que pour les professionnels des TIC. La révolution du savoir exige des professionnels du savoir, des travailleurs du savoir – des individus qui s’y connaissent en matière de TIC dans pratiquement tous les secteurs. Grâce aux TIC, la circulation d’informations est plus rapide et coûte beaucoup moins cher. Et la taille de l’information et la distance ne sont plus des barrières.

Autonomisation – Faire avancer la chaîne de valeur

Dans différents domaines et professions – commerce, droit, médecine, agriculture, comptabilité, sports, divertissement, médias, etc. – les femmes peuvent utiliser les TIC pour permettre la croissance, créer de la richesse, augmenter la productivité et créer de nouvelles opportunités.

Un meilleur accès à l’information et la capacité à accéder aux avantages des TIC permet aux hommes et aux femmes d’être plus compétitifs. Les TIC sont si décisives pour l’économie du savoir que l’on ne peut pas fonctionner simplement de son mieux si l’on ne comprend pas, n’adopte pas et ne saisit pas les TIC. Êtes-vous un acteur dans le système de la connaissance ? Dans ce cas, vous devriez utiliser les TIC pour mener votre carrière et ainsi développer vos affaires, réduire votre coût et vos défis. La question n’est pas de consommer ou de contribuer – c’est de consommer et de contribuer.

L’usage des TIC est important mais ce n’est pas uniquement pour la consommation. Toute nation qui veut être prise au sérieux dans le monde du savoir doit avoir des capacités de grande valeur dans la chaîne de valeur mondiale – capital humain hautement qualifié qui développe, crée et soutient les produits et les services technologiques. La réussite des nations industrialisées dans les économies basées sur la connaissance est largement due à la main d’œuvre qualifiée. En caractérisant l’Economie fondée sur l’Information et le Savoir (EIS) – Prof. Dzidonu d’UNECA : « Une économie basée sur une riche équipe de ressources humaines hautement qualifiée dans des domaines de connaissance cruciaux et pertinents pour développer et maintenir un avantage concurrentiel sur le marché mondial ».

Pour que les femmes deviennent complètement autonomes, l’usage des TIC ne suffira pas. Les femmes ont besoin de faire avancer la chaîne de valeur des TIC. Les femmes doivent devenir des acteurs actifs dans l’industrie des TIC – l’industrie qui mène la révolution du savoir. On a besoin des professionnels des TIC dans tous les segments de l’économie. Avec la dépendance régionale et mondiale, il existe d’énormes opportunités – emploi rémunéré et entreprenariat – pour les femmes dans le secteur des TIC.

Article de Jide Awe, éditeur de Jidaw.com, www.jidaw.com/itsolutions/womeninict1.html, août 2007, traduit par Marine Bourrier (Aedev)