Accueil : TIC et développement  :

31 mai 2010 | Imprimer cette page

Villages numériques : L’implantation de centres de TIC dans les zones rurales du Kenya.

par Marine Bourrier

Josephat Makori, journaliste de BBC Afrique, s’est rendu à Kangundo, petite ville à 80 kilomètres de Nairobi à l’est du Kenya. Dans cette petite ville, où l’on trouve principalement de très vieux bâtiments, un centre de TIC a été mis en place par le gouvernement en juillet 2009. Ce centre ressemble à un cybercafé. Il est équipé de 9 ordinateurs, d’imprimantes et de webcams. Les services proposés sont : l’accès à internet, le traitement de textes et l’impression ainsi que la formation à l’informatique.
En entrant dans ce centre, l’attention du journaliste a immédiatement été retenue par un homme de 80 ans assis devant un ordinateur. Ce dernier, qui venait imprimer quelques documents, a dit être très content du centre car les services proposés les aident vraiment. Depuis sa création, la communication est devenue beaucoup plus facile. Selon lui, avant écrire des lettres à la main, les envoyer puis attendre une réponse pouvait mettre jusqu’à un mois alors que maintenant tout est beaucoup plus facile et rapide. D’après les témoignages recueillis par le journaliste, les personnes viennent pour des raisons plus ou moins différentes. Certaines pour leur propre intérêt, d’autres dans le cadre de leur profession. L’utilisation est également très variée puisque des personnes s’y rendent quand elles ont besoin de taper toutes sortes de documents comme des lettres de motivation tandis qu’un grand nombre se connecte au réseau social Facebook. Il semblerait qu’une personne sur deux fait des études par correspondance, depuis le centre. Il y en a même qui préparent des doctorats ou des masters.
Le centre est en train de vraiment transformer la vie des gens. Le gouvernement est très satisfait de ce projet. L’objectif des villages numériques est que les communautés rurales aient accès à l’information, que de plus en plus de Kényans soient connectés notamment dans les régions isolées. Le gouvernement espère que les technologies de l’information vont se développer aussi rapidement que les téléphones portables qui ont désormais été adoptés aux 4 coins du pays. Selon le ministre de l’information, les centres représentent une opportunité pour les études par correspondance notamment pour l’accès aux documents. Le gouvernement prévoit de multiplier ces centres dans le pays mais pour le moment, moins de dix sont opérationnels.