Accueil : Le développement durable : Politique, droits de l’ homme :

22 mars 2008 | Imprimer cette page

Gracié, le prisonnier de « Facebook » a quitté la prison Oukacha mardi soir

Libération (Casablanca)

ACTUALITéS
20 Mars 2008
Publié sur le web le 21 Mars 2008

By Narjis Rerhaye

Il est 21 heures et après 43 jours d’incarcération, le jeune ingénieur en informatique condamné à trois ans de prison et 10.000 dirhams d’amende pour avoir créé un profil « Facebook » au nom du Prince Moulay Rachid, usurpant ainsi l’identité d’un membre de la famille Royale, est gracié par le Souverain.

Dans sa famille et mais aussi et surtout dans la communauté mondiale et sans frontières des internautes, c’est l’explosion de joie. Toute la nuit, l’information a été diffusée sur le web. « Mourtata vient d’être libéré ! », « Le jeune ingénieur marocain enfin libre ! », « Félicitations à tous les internautes du monde », les messages se sont multipliés pour se féliciter de la libération du premier prisonnier de « Facebook », créateur d’un faux profil en terre marocaine. « Dans cette libération, il n’y a ni vainqueur ni vaincu. Juste le triomphe du bon sens, de la justice, de la raison et de la démocratie », écrivait ce mercredi matin un internaute marocain.

Depuis le déclenchement de cette affaire- de l’arrestation de l’ingénieur au procès en passant par sa condamnation à de la prison ferme- la Toile s’est fait un formidable outil de mobilisation. C’est ainsi que le 1er mars dernier, des manifestations de soutien ont été organisées simultanément dans plusieurs capitales du monde, de Rabat à Paris, de Madrid à Montréal en passant par Amsterdam et Washington DC.

Un comité de soutien à Fouad Mourtada a immédiatement vu le jour après l’arrestation du jeune homme. Plus de 9000 citoyens du monde ont signé la pétition appelant à la libération de Fouad Mourtada, premier prisonnier de « Facebook » alors que les associations de défense des droits humains d’ici et d’ailleurs ont soutenu jusqu’au bout ce lauréat de l’école Mohammédia des Ingénieurs. Des sites et autres blogs ont observé des grèves de 24 heures pour marquer leur solidarité avec ce brillant informaticien, sans histoires.

« Une demande de grâce a été introduite par la famille de ce jeune informaticien de 26 ans et à la première occasion religieuse, en l’occurrence Aïd El Mawlid, SM le Roi a accordé sa grâce à cet internaute, victime malgré lui d’un vide juridique en matière de réglementation d’un outil aussi virtuel que l’Internet », relève un homme de loi.

En effet, la famille de Fouad Mourtada avait adressé, à la fin du mois de février, « une demande de clémence à SAR le Prince Moulay Rachid », présentant au nom du jeune ingénieur incarcéré « [nos] excuses sincères ». « Fouad Mourtada, à l’instar des milliers de créateurs de faux pofils de personnalités connues ou de stars sur le site Facebook n’a en aucun cas agi dans une volonté de nuisance à Votre Altesse dont il a toujours montré le plus grand respect. Il n’a pas non plus cherché à utiliser le nom de Votre Altesse à des fins malhonnêtes ; il n’a d’ailleurs envoyé aucun message à partir de ce profil à quiconque. Il s’agissait seulement pour lui d’un jeu virtuel », écrit notamment la famille dans sa lettre de clémence.

Pour la petite histoire virtuelle, il faut savoir qu’il existe, sur le site de « Facebook », 42 faux profils du président français Nicolas Sarkozy, 12 de la Reine d’Anglettre et autant pour le président des Etats-Unis, Georges W. Bush, etc. Aujourd’hui, l’informaticien natif de Goulmima, créateur d’une page au nom du Prince Moulay Rachid, a retrouvé la liberté. Et c’est tout ce qui compte.