Accueil : Internet en Afrique :

4 novembre 2005 | Imprimer cette page

Société de l’information : Préparation du Cameroun

par Honoré TAPOKO

Un repère important figure sûrement dans l’agenda de tout haut responsable impliqué à divers titres dans le développement des télécommunications et des NTIC ; Tunis : 16-18 novembre 2005. C’est la date retenue par le conseil de l’Union internationale de Télécommunications (UIT) sous l’égide du secrétariat général des Nations-Unies pour la tenue du sommet mondial Sur la Société de l’information (SMSI) après Génève 2003.

Au ministère des postes et télécommunications du Cameroun, on met les bouchées doubles pour négocier victorieusement ce dernier virage, affirme le quotidien gouvernemental, cameroun tribune. Aussi est-ce à un rythme soutenu que séances de travail et réunions de concertation élargies se succèdent.

Le gouvernement entend en effet impliquer toutes les compétences adéquates à la préparation du SMSI, ceci pour se conformer à une recommandation de l’Assemblée Générale des Nations-Unies. Au regard de l’évolution désormais irréversible de la société de l’information, il est souhaitable que toutes les composantes de la Nation participent à la réflexion sur le sommet mondial sur la société de l’information. C’est pourquoi, le gouvernement veut ratisser large en impliquant à la préparation du SMSI non seulement toutes les institutions gouvernementales mais aussi les ONG, la société civile et le secteur privé. Les intérêts en jeu sont en effet énormes et aucun pays ne pourrait prendre le risque insensé de rester à la traîne et d’apparaître comme le parent pauvre de toutes les initiatives prises au niveau des instances internationales compétentes pour réduire la fameuse " fracture numérique ".

Le Cameroun a bénéficié ces dernières années des précieux concours des organisations internationales dont notamment, l’UIT et la Banque Mondiale pour opérer des avancées remarquables dans la reforme et la modernisation de son secteur des télécommunications.
Quelques initiatives de la part des pouvoirs ont été prises pour faire entrer le Cameroun dans la société de l’information. On pourrait à cet égard mentionner entre autre, la loi de 1998 régissant le secteur des télécommunications la création de l’agence de régulation des télécommunications (ART), la création de l’observatoire des nouvelles technologies au Ministère des postes et des télécommunications(MINTP), etc.

En dernier lieu, le projet des télé centres communautaires est appelé, à termes a mettre à la disposition de nos compatriotes des zones rurales, l’essentiel des commodités qu’offrent aujourd’hui les NTIC.
Données sur les TIC et la population en 2003 (source : UIT)
Population : 16 258 000
Nombre d’hôtes Internet : 477
Bande passante internationale (Mbs):50 Mbs

Nombre de ménages possédant une radio : 1 560 000
Nombre de ménages possédant un poste de télévision : 510 000