Accueil : Femmes, Internet et développement durable : Femmes et initiatives :

4 novembre 2005 | Imprimer cette page

Albina Ruiz mobilise les Péruviens pour assainir leurs villes

par N. Wihlm

Avec l’association Ciudad Saludable, cette jeune femme chapeaute des initiatives de sélection et traitement de déchets dans vingt villes du Pérou.

C’est durant sa formation d’ingénieur qu’Albina Ruiz a pris conscience des problèmes graves liés à la mauvaise gestion des déchets dans son pays, le Pérou. Par exemple, dans El Cono Norte, un quartier de Lima, 1,6 million de personnes produisent chaque jour 600 tonnes de déchets : la municipalité ne pouvant en gérer que la moitié, le reste finit dans les rues, les terrains vagues et les rivières - avec de sérieuses conséquences sanitaires et environnementales.

Albina a eu l’idée de s’appuyer sur les habitants du quartier en les aidant à créer des micro-entreprises de collecte et de traitement des déchets, ce qui contribue à résoudre un autre problème majeur de cette communauté : le chômage. Albina fixe le prix du service à 1,5 dollar par mois (le prix d’une bière), puis met en place des actions incitant les familles à utiliser la prestation mais aussi à payer régulièrement et à temps le service rendu : l’association Cuidad Saludable est née.

Elle chapeaute aujourd’hui des initiatives de ce type dans vingt villes du Pérou employant 150 personnes et desservant plus de 3 millions d’habitants. Grâce à l’implication des populations, les projets d’Albina atteignent des taux de paiement de 98%... contre 40% pour la taxe sur les déchets du gouvernement ! Un succès pour Albina Ruiz, à qui les pouvoirs publics ont demandé de réfléchir à un plan national de gestion des déchets, cependant que d’autres pays d’Amérique Latine envisagent de s’inspirer de sa méthode.

Source : www.grainesdechangement.com


Les villes sont de grandes consommatrices de ressources naturelles et produisent beaucoup de déchets. Elles souffent déjà de surpopulation et de pics réguliers de pollution : comment envisager leur croissance annoncée sans appréhension ?

Souvent l’urbanisation est subie au lieu d’être gérée, la population s’entasse dans des bidonvilles dépourvus de réseaux d’eau, d’assainissement, de collecte des déchets.

- D’ici à 2030, plus de 60% de la population mondiale vivra en ville
- Un citadin sur trois vit dans un taudis