Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

28 juillet 2005 | Imprimer cette page

Tunisie:Nouvelles technologies, l’apport des Ntic au niveau de la bonne gouvernance

par Daouda Hamadou

M. Montassar Ouaili, ministre des Technologies de la communication, a souligné que la bonne gouvernance englobe non seulement les volets socioéconomique, politique et organisationnel mais également les nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) qui constituent, de nos jours, un créneau porteur pour les pays en voie de développement.

M. Ouaili, qui animait, hier, un déjeuner-débat sur le thème « Les TIC pour une bonne gouvernance », organisé en marge d’une journée d’évaluation et d’information sur l’activité de la Cour des comptes de Tunisie, a passé en revue les avantages de la bonne gouvernance.

Il s’agit de la transparence, la disponibilité de l’information, l’efficacité, la capacité d’absorption, la suprématie de la loi et la prospection de l’avenir au niveau de l’administration.

Evoquant l’apport des Ntic au niveau de la bonne gouvernance, le ministre a relevé que l’indicateur de développement des pays se mesure actuellement par le degré d’utilisation des Ntic pour la production de l’information et la promotion de bases de données.

M. Ouaili a indiqué que la Tunisie, consciente de la nécessité de s’adapter aux exigences de la révolution numérique et d’édifier la société du savoir et de l’information, a arrêté une stratégie nationale aux fins de moderniser l’infrastructure de base des télécommunications, de développer une expertise nationale, de former les qualifications requises et d’encourager le privé à investir dans ce secteur.

Cette stratégie, a indiqué le ministre, a permis à la Tunisie de réaliser des résultats positifs en la matière, ce qui lui a valu d’être choisie pour abriter, en novembre prochain, un rendez-vous majeur, à savoir la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l’information (Smsi) qui traitera de plusieurs sujets dont les projets de réduction de la fracture numérique, les mécanismes de leur financement et la gouvernance de l’internet.
Mme Faïza Kéfi, présidente de la Cour des comptes de Tunisie, a souligné que toutes les entreprises soumises au contrôle de la Cour des comptes oeuvrent à se mettre au diapason de l’évolution technologique en Tunisie et dans le monde, indiquant que la Cour des comptes vient de lancer son site web et de mettre au point un nouveau système de données.

Les participants ont mis l’accent sur la stratégie nationale de l’administration communicante, l’efficacité des sites web des administrations tunisiennes et les services à distance.

Source : allAfrica.com