Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

10 juillet 2005 | Imprimer cette page

IEC NTIC- Information, Education and Communication utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

par Daouda Hamadou

Le Programme MEDA pour l’alimentation en eau de 450 villages au Maroc considère la communication pour la mobilisation sociale et l’adhésion des populations comme un élément important pour la réussite. Pour amener la population a utiliser effectivement

les bornes fontaines, qui seront construites pour elles.

Les activités de communication dévelloppées sur le terrain par 14 animateurs sociaux,

pendant les années 1999/2000, ont contribué à créer une méthode nouvelle innovante

pour communiquer avec toute la population, dans chaque village : la méthode

IEC NTIC utilisant l’image numérique de proximité, photos et films, réalisés sur le

terrain avec les habitants des douars.

1 - Actions réalisées : les campagnes intensives d’animation.

Au cours d’une première tournée dans 170 douars, on a appliqué la méthode participative, bien connue, en organisant des réunions, en petits groupes, et enutilisant les outils classiques que sont la carte sociale, les interviews semi structurés, et différents diagrammes. Mais nous avons clairement réalisé que pour que l’information atteigne chacun, il fallait en plus organiser des meetings avec l’ensemble des communautés. Pas de méthode participative sans participants.

Nous avons réussis à élargir notre audience, en prenant des photos et en réalisant des films, dans chaque village avec les villageois (un village, un jour entier avec les villageois, du matin jusqu’au soir). Les gens étaient contents de reconnaître leur village avec ses points d’eau et aussi de se reconnaître, eux mêmes ou leur voisins, en grande dimension, sur l’écran (en fait le mur de la mosquée). Grâce aux images numériques faciles à produire, à reproduire et à restituer avec un ordinateur et un video-projecteur (et aussi souvent un groupe électrogène), nous avons finalement réussi à établir le contact avec les communautés : des centaines de participants chaque soir à nos réunions médiatiques et participatives, tenues juste après la prière du soir.

En complément, nous réalisions dans la journée, des supports pédagogiques de proximité (que nousavons appelés : supports pédago-numériques) : des affiches, des tracts, des photos élaborés le plus souvent à partir de vues des points d’eau traditionnels, de la future borne fontaine, de la mosquée, d’ enfants et de femmes à la corvée de l’eau. Avec des légendes appropriées (en arabe, en berbère) mettant en relief les avantages attendus du projet.

Nous avons aussi réalisé dans les écoles, des séances pédagogiques en utilisant le flip-chart, puis des photos de classes distribuées à chaque élève, afin que le message illustré par ces photos ( donc compréhensible même pour des illétrés) entre à l’intérieur de chaque maison, et ceci pour longtemps.

Et, finalement nous sommes aussi allé au souk régional, faire de l’ IEC NTIC.

2. Impact de nos campagnes intensives d’animation.

Durant deux ans nous avons rencontré des dizaines de milliers de personnes. Grâce à l’ IEC NTIC, et à travers notre communication de proximité (avec les communautés, mais aussi de personne à personne, et parfois avec des moyens traditionnels) nous avons informés, motivés et sensibilisés les gens aux aspects eau- santé- hygiène. Ceci, pour obtenir en premier lieu leur adhésion au programme, puis pour promouvoir des changements de comportement bénéfiques vers une meilleur santé.

La mobilisation sociale a été effective. Dans l’ensemble les familles ont payé, librement et sans contrainte, leur contribution au projet (500 dirhams par famille), en dépit du contexte général de pauvreté. Ainsi nous pouvons espérer que les villageois, utiliseront effectivement les nouvelles borne-fontaines, bénéficiant ainsi d’une eau potable et chlorée, au lieu de l’eau polluée des puits et soures traditionnels.

3. Quels ont été les intervenants ?

En premier lieu la Communauté Européenne qui a financé l’ensemble du programme (travaux et communication IEC NTIC).

Puis :

Nos animateurs sociaux, les ingénieurs de proximité de l’ Office National de l’Eau Potable, le personnel de santé décentralisé, les autorités locales, les présidents des communes rurales, les instituteurs dans les écoles, les imams dans les mosquées, les conteurs/comédiens traditionnels ont apporté leur contribution à nos campagnes intensives de communication. Ce groupe de participants, bien connus au village a su gagner la confiance et motiver les communautés pour le projet.

Et enfin :

Dans chaque village, les bénéficiaires ont conçu, avec nos animateurs, les actions de communication. Avec leurs photos sur les affiches, et leurs interviews dans le « film du douar ». Avec leur présence autour des puits et des sources ou le long du chemin. Avec leur doléances et leurs espoirs. En fait il étaient tout simplement dans leur propre rôle (diffiile de faire mieux en terme de proximité).

4. Durabilité :

Beaucoup d’administrations emploient des animateurs de terrain pour la communication avec le monde rural : l’Office national de l’eau potable, la Direction de l’hydraulique, le ministére de la Santé, le ministère de l’agriculture..ect.. Non seulement au Maroc, mais aussi dans bien d’autres pays. L’IEC NTIC peut ainsi servir à différents objets et le coût de sa mise en oeuvre ne sera ainsi qu’un coût marginal. Actuellement au Maroc, l’ONEP envisage d’acquérir l’équipement pour cinq équipes d’animateurs de terrain, et le ministère de la Santé également. Les ONGs commencent aussi à utiliser l’ IEC NTIC.

D’autres programmes financés par les bailleurs de fonds internationaux vont bientôt utiliser l’ IEC NTIC.

A la demande de la Délégation de la communauté européenne un évaluation externe est en cours.

5. Originalité et innovation.

La réussite des campagnes d’IEC dépend largement de l’audience. Beaucoup d’animateurs ont relevé la difficulté d’établir un vrai contact avec les communautés villageoises. En utilisant des appareils photos et des caméras video numériques, l’ IEC NTIC tire parti du plaisir naturel que les gens éprouvent à contempler leur propre image. Les photos et les films numériques, réalisés dans les villages avec les villageois, autorisent une communication de proximité, facile à construire et à restituer le même jour sur l’écran ou sur des affiches. Le « film du village » fait comprendre aux villageois que le projet est là, ici et maintenant, et qu’ils peuvent y adhérer tous ensemble. L’image agit comme une colle sociale. Les posters et les affichettes, avec le message qu’elles véhiculent, entrent dans chaque village et à l’intérieur de chaque maison. Bien en évidence et pour lontemps. Les messages sont mieux compris grâce a la communication inférentielle inhérente à l’image. Les gens parlent plus facilement.

Pour la première fois depuis longtemps quelque chose d’important est arrivé entre les communautés et les gens de l’extérieur. Une confiance mutuelle est née. Les animateurs ont à présent gagné en assurance. La voie pour un dialogue réciproque est maintenant ouverte.

Exemples de supports pédago-numériques :

- un film réalisé par nos animateurs à l’hopital des enfants malades de Rabat. On y explique la relation entre l’eau et la santé (images choquantes des mamans qui pleurent et des enfants qui souffrent de maladies hydriques. (notre temps de communication est court, alors elle doit être forte).

- un film avec un comédien traditionnel trés populaire (pour les villageois, mais inconnu en ville) sur les possibilités d’amélioration du stockage de l’eau ramenée chaque jour à la maison dans des bidons. Avec notre « lavabo du douar » nous avons capté l’intérêt des populations dans les souks et même dans un moussem.

- en prenant au souk, et en distribuant tout de suite, des photos de villageois prêt du « lavabo du douar », nous suggérons au gens de l’adopter. Avec la photo en évidence à la maison (parce que les gens aiment vraiment se voir en photo), on parlera souvent, en famille, de l’eau et de la santé.

- en faisant d’autres photos avec des élèves attentifs à la propreté, nous avons introduits dans les foyers (parce que les gens aiment vraiment se voir en photo) les sept règles pour une bonne hygiène familiale.

Publicité : en organisant plusieurs conférences en ville, et en projetant les images de notre Cdrom « Demo IEC NTIC », ou en distribuant de CD, nous avons sensibilisé les décideurs, les agents de la fonction publique, des bureaux d’études, des leaders religieux, des autorités traditionnelles, et des ONGs. Sans oublier les étudiants des trois meilleures écoles techniques et économiques du Maroc.

Source www.iecntic.org