Accueil : Le développement durable :

21 mai 2005 | Imprimer cette page

La fièvre de l’or au Kakamega profite à la communauté, mais pas à l’environnement

par N. Wihlm

L’envolée des cours mondiaux de l’or a permis à l’exploitation aurifère dans la région kenyane du Kakamega de redevenir rentable. Si les communautés locales en profitent, c’est au détriment des considérations sécuritaires ou environnementales.

Située en bordure du Lac Victoria, le Kakamega est une région du Kenya rurale et pauvre, connue avant tout pour sa forêt équatoriale à la biodiversité exceptionnelle. Depuis quelques temps, cette région affronte une importante sécheresse qui menace la subsistance des communautés rurales dépendantes d’une économie axée sur l’élevage et l’agriculture. La présence de réserves aurifères dans son sous-sol est donc une bénédiction pour les habitants de la région.

La remontée des cours mondiaux du métal jaune a réveillé la fièvre de l’or dans la région du Kakamega. Le paysage s’est transformé en un vaste territoire de fouilles en plein air. Les champs sont désormais parsemés de trous profonds et de larges tas de terre, autours desquels s’affairent des hommes munis de pelles et pioches. Les puits sont exploités, et s’ils s’épuisent ou se révèlent non rentables, ils sont abandonnés pour une parcelle voisine.

Les fermiers locaux et les communautés se sont organisés en coopératives et chaque membre dispose de parts dans la mine. (...) Ces coopératives se sont regroupées afin de créer une société commune, la Muungano Gold Prospection Group, destinée à leur donner plus de poids dans les négociations avec leurs fournisseurs et auprès des négociants en or.

Les lits des ruisseaux et rivières avoisinant les zones d’exploitation sont désormais couverts d’alluvions provenant de cette exploitation minière anarchique. Et l’augmentation des niveaux de mercure dans l’eau fait peser un risque sanitaire sur les populations locales.
Mais cela ne devrait pas faire baisser la fièvre de l’or dans le Kakamega. Elle a apporté une richesse inespérée à de nombreux agriculteurs locaux d’Ikolomani ainsi qu’une paix sociale dans un district auparavant réputé pour son taux de criminalité.

Source : article de Pierre-Marie Coupry
Mis en ligne sur Novethic le 17/05/2005


Pour en savoir plus sur les effets du mercure :

- recherches menées en Afrique orientale
- contamination de plans d’eau au Ghana
- le cas de l’Amazonie