Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

26 avril 2005 | Imprimer cette page

Conseil de sécurité : le Sénégal veut un siège

par Kouma Laurent Dekalikan

Le Sénégal a annoncé sa candidature à l’un des deux sièges de membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU qui seraient réservés à l’Afrique dans le cadre d’un élargissement envisagé de cet organe.

"Le Sénégal a saisi la Commission de l’Union africaine (UA) pour lui annoncer sa candidature pour un des deux sièges de membres permanents du Conseil de sécurité", a annoncé lors d’une conférence de presse le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio.

Avec cette annonce, le Sénégal rejoint le Kenya, l’Egypte, le Nigeria et l’Afrique du Sud parmi les postulants à ces sièges convoités dans l’instance la plus puissante des Nations unies.

Pour M. Gadio, le Sénégal est un candidat qui n’a aucune comparaison sur le continent africain pour être l’un des deux nouveaux membres du Conseil de sécurité ayant droit de veto.

Le ministre a souligné que son pays avait comme points forts "son poids démographique" et "ses états de service du point de vue international", dont la participation à de nombreuses missions de maintien de la paix et médiations, des prises de positions diplomatiques fortes et un vaste réseau d’amitiés.

M. Gadio a également mis en exergue "le climat politique et social apaisé" du pays, le fait "d’avoir des relations conflictuelles avec aucun pays" et "une orientation panafricaine incontestable", notamment au travers de ses actions au sein de l’UA et dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad).

Le Nepad, dont le président sénégalais est l’un des initiateurs, est un plan global adopté en 2001 qui vise à sortir l’Afrique de la pauvreté en faisant notamment appel aux investisseurs privés des pays développés, et non plus seulement aux bailleurs de fonds institutionnels.

L’Union africaine (53 membres), qui a adopté début mars une position commune sur la réforme des Nations unies et la participation des Etats africains, veut être responsable de la sélection des représentants de l’Afrique.