Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

24 avril 2005 | Imprimer cette page

Incendie dans un grand marché de Niamey

par Daouda Hamadou

Incendie au marché de Katako à Niamey : le feu maîtrisé, aucun blessé signalé
AFP 14.04.05 | 03h46

L’incendie d’origine indéterminée qui s’est déclaré mercredi vers 21H30 locales (20H30 GMT) au marché de Katako, dans le nord-ouest Niamey, a été maîtrisé après plus de deux heures et demie, et aucun blessé ou disparu n’a été signalé, a appris l’AFP de sources concordantes. Les sapeurs-pompiers sont parvenus à éteindre le feu dans la nuit de mercredi à jeudi peu après 00h00 (23H00 GMT) à Katako, qui passe pour être le plus grand marché aux céréales de la ville, a constaté un correspondant de l’AFP présent sur les lieux. "L’incendie a été circonscrit à 00H17, et aucun blessé ou disparu n’a été signalé" aux secouristes et aux forces de sécurité, a déclaré à l’AFP le gouverneur de Niamey, Jules Ouguet, qui s’est rendu sur place. Les dégâts matériels n’ont pas encore été estimés, mais ils sont "très importants" en raison de l’ampleur du sinistre, a de son côté affirmé le secrétaire général du Conseil régional de Niamey, Abdoulaye Haïdara, également présent sur les lieux. "Le marché de Katako constitue l’un des pôles les plus importants de Niamey", a-t-il dit, en précisant que beaucoup de marchandises y étaient habituellement stockées. Selon des témoins interrogés par l’AFP, le feu a détruit une grande partie du marché, qui propose principalement des céréales mais aussi diverses sortes d’articles. "Les deux tiers du marché ont brûlé. Le secteur le plus touché est celui de la vente de matériaux de construction comme les tôles, les planches. Il y a eu aussi des denrées alimentaires et même des vêtements pour femmes, tout ça est parti en fumée !", a indiqué Abdou Saguirou, un commerçant. "Le centre du marché, où se trouvaient des articles pour la construction, des câbles électriques, des denrées alimentaires et de habits pour femmes..., a été détruit", a assuré Ibrahim Idrissa, agent de la Société de construction et de gestion des marchés (Socogem), "venu à la rescousse". Cet incendie est le plus important après celui ayant ravagé en 1982 Haboubéné, le plus grand marché de Niamey, a-t-il estimé. Selon plusieurs sources interrogées par l’AFP, les sapeurs-pompiers ont rencontré des difficultés à éteindre le feu en raison des "constructions anarchiques" de boutiques et kiosques, qui débordent sur les voies publiques. Ils sont parvenus à se frayer un chemin jusqu’à certains foyers de l’incendie avec le concours d’un bulldozer, qui leur a dégagé la voie, selon les constatations de l’AFP. Les autorités ont assuré qu’elles prendront toutes les dispositions nécessaires pour déterminer les causes du sinistre, et rappelé les consignes données en mai 2004 après l’incendie de Wadata, le deuxième plus grand marché de Niamey. Elles ont notamment lancé un appel aux populations riveraines des marchés à ne pas occuper les voies publiques, pour permettre de circonscrire rapidement d’éventuels incendies dans ces lieux. Dans la nuit de mercredi à jeudi, des gendarmes et policiers étaient visibles autour du marché. Selon une source policière, ils sont chargés de "sécuriser les lieux", et notamment d’en empêcher l’accès à d’éventuels pilleurs. Le marché de Katako est considéré comme le plus exposé des lieux de vente et d’achat de Niamey. Il n’a pas de clôture et ses boutiques sont pour la plupart faites d’amas d’objet de récupération, dont de vieux morceaux de tôle, de la paille ou des nattes. Des milliers de personnes se pressent chaque jour entre ses étals, boutiques et kiosques pour s’approvisionner en maïs, blé, gari (farine manioc) et autres vivres. Il fait également office d’entrepôt pour des convois céréaliers en provenance de pays voisins comme le Bénin et le Nigeria