Accueil : A la Une (ne plus utiliser cette rubrique) / choisir MOT CLE - actualit ? dans chaque article :

18 avril 2005 | Imprimer cette page

TNT : comment ça marche ?

par Daouda Hamadou

JPEG - 7.8 ko
TNT

Ce n’est pas sans émotion que, le 17 janvier dernier, Dominique Baudis, le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a mis en route le premier émetteur de TNT de France. De nombreux encouragements ont salué l’arrivée de la mire de la TNT sur un écran placé dans les sous-sols de la Tour Eiffel, qui abritent une partie des émetteurs de Télédiffusion de France.

C’est cette mire que les téléspectateurs français pourront voir sur leur petit écran, le jeudi 31 mars, date du lancement officiel des chaînes TNT gratuites. Ce coup d’envoi fin mars n’est qu’une première étape dans le développement du numérique hertzien en France. Début juin, le CSA devrait permettre à d’autres chaînes gratuites de voir le jour. En attendant, l’arrivée d’un bouquet payant en septembre.

Mais qu’est-ce que la TNT ? Et quelles sont les conditions requises pour la recevoir ? La TNT est un nouveau procédé de diffusion terrestre de la télévision, dans lequel les signaux vidéo, audio et de données sont numérisés, puis modulés, avant d’être transportés jusqu’au téléspectateur par voie hertzienne. Alors que le mode analogique (mode actuel de la télévision hertzienne) ne permet de diffuser qu’un seul programme par canal, le numérique terrestre autorise la diffusion de plusieurs programmes sur une même fréquence.
Un adaptateur par terminal

Cette technique du « multiplexage » permet donc d’augmenter le nombre de programmes reçus. A l’heure actuelle, les trois quarts des foyers français ne disposent ni du câble, ni du satellite, ni de la télévision ADSL, ni de Canal+. Avec la TNT, le téléspectateur disposera donc de plus de chaînes, d’une meilleure qualité de l’image et du son (proche de celle d’un DVD) mais également de services interactifs (sous-titres, météo, bourse, commerce en ligne).

Concrètement, la réception pourra, dans la grande majorité des cas, se faire grâce aux antennes existantes qui sont dans la quasi-totalité des cas conformes ou aisément adaptables à la réception des signaux numériques. Dans le cas contraire, le propriétaire d’une maison individuelle ou le gestionnaire d’immeuble devra faire intervenir un spécialiste pour un réglage de l’antenne râteau ou de l’antenne collective. On peut éventuellement s’équiper d’une antenne personnelle si la réception dans son quartier est mauvaise (loin d’un émetteur).

Tous les téléviseurs munis d’une prise péritel sont en mesure de recevoir la TNT. Seule contrainte : acheter un adaptateur (ou décodeur) qui permet de recevoir ces chaînes numériques. Il se relie d’un côté au téléviseur par la prise Péritel, de l’autre à la prise antenne. L’acquisition d’un adaptateur se négocie aux alentours de 100 euros, à moins que l’on opte pour un téléviseur avec adaptateur intégré (modèles à partir de 1 000 euros). Si vous possédez plusieurs téléviseurs, un magnétoscope ou un enregistreur de DVD, il faudra acheter un adaptateur par terminal.

Mais attention : les terminaux numériques en vente actuellement ne sont conçus que pour la réception des chaînes gratuites. Ceux destinés à la TNT payante seront disponibles dans les prochaines semaines. En effet, si la norme de diffusion MPEG-2 a été retenue pour les chaînes gratuites, le format dit MPEG-4 qui permet d’introduire des chaînes de haute définition (HD) a, en revanche, été retenu pour la TNT payante. Dernier détail et non des moindres : les abonnés au câble, au satellite et à la télé sur ADSL ne sont pas concernés par l’achat d’un adaptateur, ni par une vérification de leur antenne.