Accueil : Le développement durable : Santé :

10 avril 2005 | Imprimer cette page

Le duo meurtrier

par Kouma Laurent Dekalikan

Le combat contre la tuberculose enregistre des progrès encourageants dans la plupart des régions du monde, mais pas en Afrique où la maladie, qui forme un duo meurtrier avec le sida, prend des proportions alarmantes, selon le 9e rapport annuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Et le Togo n’est pas épargné.

Selon ce rapport, publié pour la journée mondiale de la tuberculose de jeudi, il y a eu 8,8 millions de nouveaux cas de tuberculose dans le monde en 2003, dont 670.000 chez des porteurs du virus du sida (VIH).

"Chaque jour, plus de 5.000 personnes meurent de la tuberculose dans le monde. C’est l’équivalent de quinze gros avions qui tombent par jour", relève le Dr Léopold Blanc, coordonnateur de l’unité "stratégie et opération de lutte antituberculeuse, département "Halte à la tuberculose" de l’OMS.

Le rapport 2005 analyse l’évolution de la situation grâce aux données de la période 1990-2003.
"Bonne nouvelle, le nombre total de cas de tuberculose dans le monde a reculé de plus de 20% depuis 1990", note le Dr Blanc.

Selon le rapport, en 2003 les taux d’incidence (nouveaux cas) fléchissaient ou se stabilisaient dans cinq des six régions du monde étudiées par l’OMS, mais augmentait de 1% à l’échelle mondiale.
"Mauvaise nouvelle", la situation en Afrique, confrontée à la double épidémie sida-tuberculose, tranche avec ce tableau encourageant : le nombre de tuberculeux continue à progresser de 3 à 4 % par an.

"Sur 1,7 million de décès par tuberculose enregistrés dans le monde en 2003, autour d’un demi-million concerne l’Afrique", calcule ce spécialiste.

Le sida et la tuberculose forment en effet une association meurtrière : "l’infection par le virus du sida (VIH) favorise l’éclosion de la tuberculose en affaiblissant les défenses immunitaires", rappelle le Dr Blanc. La tuberculose est ainsi une cause majeure de mortalité chez les sujets porteurs du VIH.

Le coût du traitement anti-tuberculeux est de 10 euros pour malade et le "scandale" est que tous n’en bénéficient pas, poursuit-il.
"C’est un devoir d’investir dans la santé en Afrique et en particulier dans la lutte contre la tuberculose" car "c’est une maladie contagieuse qui ne connait pas de frontière et constitue une menace pour la santé dans le monde", commente-t-il.

Plus de 17 millions de patients ont bénéficié de la stratégie "DOTS" de 1995 à 2003. Cette stratégie efficace de dépistage et de traitement adoptée dans 182 pays, implique "un engagement des pouvoirs publics dans la lutte contre la tuberculose", souligne le rapport. Elle vise aussi à prévenir l’apparition de tuberculose résistante aux traitements comme on en observe notamment en Europe de l’Est.

Si l’on ne fait rien contre la tuberculose au cours de ces 20 prochaines années, près d’un milliard de personnes seront infectées, 200 millions contracteront la maladie, et 35 millions en mourront, souligne "Halte à la tuberculose".

L’un des objectifs du Millénaire pour le développement définis par l’ONU est de réduire de moitié d’ici à 2015 la fréquence de la tuberculose et sa mortalité.
La moitié des nouveaux cas de tuberculose enregistrés chaque année dans le monde se produisent dans six pays d’Asie : le Bangladesh, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et les Philippines.

Dans la plus grande partie de l’Afrique orientale et australe, où les fréquences de la double infection tuberculose/VIH sont les plus élevées du monde, seul un tuberculeux sur trois environ reçoit un traitement antituberculeux complet.

La lutte contre la tuberculose nécessite 2,2 milliards de dollars en 2005, mais le plan mondial Halte à la tuberculose évalue le déficit financier annuel (2001-2005) à au moins un milliard.

La tuberculose en chiffres dans le monde


La tuberculose fait près de 5.000 morts par jour dans le monde et constitue la première cause de mortalité parmi les personnes vivant avec le VIH/sida, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’initiative "Halte à la tuberculose" (Stop TB) qu’elle parraine. Voici leurs statistiques :

INFECTION
- Une nouvelle infection par le bacille tuberculeux chaque seconde dans le monde
- Un tiers de la population mondiale est infectée par le bacille de la tuberculose (bactérie Mycobacterium tuberculosis)
- mais seulement 5% à 10% (parmi ceux qui ne sont pas co-infectés par le virus du sida) développent la maladie ou deviennent contagieux au cours de leur existence.

TUBERCULOSE ET SIDA
- 8,8 millions de nouveaux cas de tuberculose en 2003 dont 670.000 parmi des porteurs du virus du sida (VIH)
- La moitié des nouveaux cas de tuberculose concernent six pays d’Asie : Bangladesh, Chine, Inde, Indonésie, Pakistan, Philippines
- A l’échelle mondiale, 14 millions de personnes ont une co-infection tuberculose/VIH et 70% d’entre elles vivent en Afrique. Dans certaines régions d’Afrique, 75% des tuberculeux sont infectés par le VIH
- A cause de l’affaiblissement de leur système immunitaire, les personnes vivant avec le VIH/sida ont dix fois plus de risques de tomber malades si elles sont infectées par le bacille de la tuberculose que les non-porteurs du VIH.
- En Afrique, le nombre de tuberculeux augmente de 4% par an

MORTALITE
- 1,7 million de décès de la tuberculose en 2003, soit près de 5.000 par jour.
- La tuberculose est une cause majeure de mortalité chez les personnes infectées par le VIH.

TRAITEMENTS ET COUTS
- Coût d’un traitement antituberculeux de courte durée (six mois) sous la surpervision directe d’une personne chargée de l’administrer (Directly Observed Treatment Short Course ou DOTS en anglais) pour un patient : 10 dollars certains pays.
- Plus de 17 millions de patients ont bénéficié de la stratégie DOTS de 1995 à 2003.
- Besoins financiers de la lutte antituberculeuse pour 2005 : 2,2 milliards de dollars