I. PRESENTATION
II. PROJETS REALISES
III. PROJETS EN COURS
IV. PARTENAIRES
V. CONTACT
VI. NOUVELLES
VII. STAFF
 

II- PRESENTATION SOMMAIRE DES PROJETS REALISES
PAR CAMEROON ENVIRONMENTAL WATCH (CEW).

What is CEW?
Cameroon Environmental Watch (CEW), a technical partner of World Resource Institute (WRI) within the Global Forest Watch Program is a Non Governmental Organisation (NGO) based in Cameroon, founded on the 16th of January 1997 under reference n° 00032/RDA/J/BAPP. It focuses on environmental problems related to “critical situations and critical areas”.

 


Né à l'initiative des Gouverneurs Serge Gouteyron (D.1670)

  1. Projet pilote d'éducation environnementale et de sauvegarde de la faune(année : 1998)

    This report describes the various activities that have been conducted within a joint project entitled " Environmental Education and Wildlife Rescue Project ".Resulting from a partnership between the World Society for the protection of Animals-London(WSPA), The Cameroon Ministry of Environment and Forests(MINEF) and Cameroon Environmental Watch (CEW), a Non Governmental Organization based in Cameroon, this project which is an anti-poaching initiative has been funded by a donation from Sam La BUDDE.
    The project falls in line with the resolutions of the international conference on the impact of forestry exploitation on the wildlife held in Bertoua Eastern Cameroon (17-18th April 1998).This was organized by Dr Roger NGOUFO on behalf of WSPA. The first part of the report talks about the rationale of the project - problem to be addressed (poor law enforcement)-the objective (conduct a pilot operation taking into account the need to educate the public and the necessity to provide support to administrative services to permit them to conduct proper patrols).
    The project was finally implemented through the following phases :
    Scientific diagnose of the problem
    This consisted of a scientific description and presentation through papers and tv reports of the business as usual which embodies detailed identity cards of the bushmeat markets (products on sale -see tables 1 and 2- ,conditions in which they are sold, the situation of hunting and collection permits -tables 3 and 4, figures 1 and 2).,The provisions of the law, cases of law violations.

    Constitution and management of the team project
    The team was constituted and proposed by the Ministry under the responsibility of Mr Mengang Mewondo Joseph, Sub-Director of Protected Areas. Then Dr Roger Ngoufo organized a series of technical and strategic meetings to manage the team, discuss frankly with the members, gather their suggestions and ensure their full participation.
    conducting the patrols
    The participation of game guards was massive thus satisfactory. A total of 21 elements including 14 of MINEF took part in the operations supported by 5 to 6 elements of the Police. About 94 animals were confiscated including protected species(parts of gorillas, chimpanzees, elephants...). A symbolic sum of money was put in the national treasury.
    General remarks
    the project has been successful in creating a framework of dialogue between MINEF(Central Services), the Provincial Delegation of the Center, and an NGO, CEW.
    The media campaign were 9 journalists and crew men of the CRTV were finally involved was a success as many poachers and bushmeat sellers were found criticizing the initiative in these terms " we don't agree with what the national television is doing ;Why are they insisting so much the bushmeat ?; we might soon be in trouble ".
    - Thanks to the project, the issue of bushmeat collection permit which is at a stand still has been raised once more.
    - Although difficult and risky, patrols have enabled
    - to renew with checks which were stopped for years
    - to confiscate a hundred of animals among which protected
    species ; during the same period of time, journalists of Radio Douala, Littoral Province covered in detail the ceremony of confiscation of 23 elephant ivory tusks hidden in the middle of timber in a container of the Douala sea port and being exported to Spain.(See the video).
    " For the first time The police has strongly collaborated (see video)
    A partnership has been established between CEW, MINEF and the ZOO of Mvog-Betsi project coordinated by Christopher Mitchel. For example, a drill held illegally with a private has been offered to the Zoo for the purpose of environmental education as a concrete result of the concertation between the 3 parties.
    Finally, the patrol conducted under camera in Obala and Batschenga along the railway illustrates the kind of social constraint involved in an operation of this nature. The attitude of the public suggests that sensitization must continue along with patrols.

  2. Projet "Evaluation et cartographie de l'exploitation forestière industrielle autour de la réserve de biosphère du Dja "(année 1999).

    Le projet " Evaluation et cartographie de l'exploitation forestière industrielle autour de la réserve du Dja " a entendu apporter une contribution à l'élaboration et à la mise en réserve du plan d'aménagement et de gestion de la Réserve de Biosphère du Dja en cours de préparation dans le cadre du programme ECOFAC (Union Européenne).Le projet a été conçu pour répondre au problème de l'exploitation forestière dans la zone attenante de la réserve Ce projet a été réalisé grâce au financement du Programme Régional de l'Afrique Centrale pour l'Environnement (CARPE - USAID). Il a en outre bénéficié de l'appui logistique du Programme ECOFAC - Dja (fourniture de véhicules tout terrain pour les mission).
    Le projet a permis de recueillir des données importantes qui concernent :

      La production
    • Nombre de pieds et volumes abattus
    • Volume de grumes exportées
    • Volume transformé Ces statistiques couvrent trois unités administratives :
    • Le département du Dja et Lobo
    • Le département du Haut-Nyong
    • Le département du Nyong et Mfoumou

    > En suivant une approche évolutive et comparative ,nous avons conçu des tableaux pour constituer une base de données dans un tableur Excel…et élaboré une série de cartes évolutives de l'exploitation forestière autour de la Réserve.

  3. Projet Renforcement des capacités des ONGs du Cameroun dans le cadre du processus de certification du bois : (Année 1999)

    Dans le cadre de la promotion de la certification du bois au Cameroun, le projet d'échange d'informations et de renforcement des capacités des ONG dans a été mis sur pied par le Cameroon Environmental Watch (CEW) Le projet a été exécuté avec l'appui financier du Forest Stewardship Council (FSC).
    Cette exécution s'est déroulée en plusieurs phases :

    • Les contacts préliminaires avec le Groupe National de Travail sur la gestion durable des forêts et la certification (GNT) au Cameroun pour des besoins d'échanges.
    • La collecte et la dissémination auprès des ONG nationales des informations sur la certification du bois .
    • l'accroissement du niveau de connaissance des ONG Nationales Afin de mener à bien cette activité, l'équipe du projet s'est donnée pour tâche l'évaluation des progrès de la certification sur le plan national, autrement dit il s'agissait de faire un état des lieux de la perception du processus par les acteurs, afin d'en identifier les contraintes possibles ;

    Un séminaire d'informations et d'échanges entre le Groupe de travail national et les ONG nationales s'est tenue les 3 et 4 mars 1999 à Yaoundé, organisé par le CEW.
    Le séminaire d'information et d'échanges sur le processus de certification Le séminaire d'information et d'échanges sur le processus de certification du bois organisé les 3 et 4 mars 1999 au Centre Régional Africain d'Administration du Travail (CRADAT), s'inscrivait dans le cadre des activités du projet de renforcement des capacités des ONG Camerounaises sur la certification du bois exécuté par le CEW. Les travaux ont été placés sous la présidence effective du Dr Roger Ngoufo, Directeur exécutif du CEW, de monsieur Mimbimi Essono Parfait, président du GNT, Dr Tiani Keou François, président de l'ONG Enviro-Protect membre du FSC et de monsieur Wale Adeleke responsable du Programme Forêt WWF Afrique et Madagascar.
    Les travaux du séminaire se sont déroulés suivant deux mouvements :
    - Les exposés
    Quatre exposés ont été présentés sur des thèmes suivants:
    Exposé 1 : Le projet d'information et de renforcement des capacités des ONG Camerounaises sur le processus de certification, par Victor Delene
    Exposé 2 : La présentation du Forest Stewardship Council (FSC) le Groupe National de Travail (GNT), par monsieur Mimbimi Essono Parfait.
    Exposé 3 : L'expérience d'une ONG locale en matière de certification a été présentée par Enviro-Protect, par Dr Tiani Keou François
    Exposé 4 : Les normes de certification du bois : le cas des principes et critères FSC a été présenté par Dr Roger Ngoufo.
    - Les Travaux en groupe
    Les travaux en groupe ont porté essentiellement sur les principes et critères sociaux du FSC. Les participants se sont répartis en trois groupes suppléés par deux facilitateurs par groupe. Le travail demandé était, sur la base des critères FSC, de formuler des indicateurs possibles en rapport avec les réalités nationales et locales du pays

  4. Projet " Contraintes pratiques de mise en œuvre de la réglementation sur l'exploitation forestière au Cameroun( période : 2000)

    Depuis 1994, le Cameroun s'est doté d'une nouvelle loi forestière qui a remplacé celle de 1981 apportant ainsi une série d'innovations :
    - La division consacrée de la forêt en 2 domaines : le domaine permanent et le domaine non permanent
    - L'introduction des concepts de " convention d'exploitation " et " unité forestière d'aménagement " se substituant à celui de licence ; - L'attribution des concessions et autres titres par un système de vente aux enchères publiques
    - L'introduction de nouvelles dispositions en faveur des populations locales et notamment le système de forêt communautaire
    - De nouveaux mécanismes de prix et de taxation Ces réformes sont apparues en même temps que se produisaient des reformes institutionnelles profondes.
    Malgré de telles mutations qui font du système juridico-institutionnel forestier camerounais un des modèles en Afrique Centrale, les pratiques illégales demeurent communes et constituent un obstacle à la gestion durable des forêts.
    Le présent projet se proposait de rechercher les causes profondes et les motivations qui sous-tendent les pratiques illégales ;
    Il a été réalisé grâce à l'appui financier du Programme Régional de l'Afrique Centrale pour l'Environnement (CARPE-USAID)
    L'étude s'est articulée autour de trois axes principaux
    - Synthèse et analyse au moyen d'une grille-tableau de la vision qu'ont de l'exploitation forestière différents auteurs ;
    - Synthèse et analyse au moyen d'autres grilles de la perception de l'exploitation forestière par la presse nationale à la fois privée et officielle ;
    - Etude de cas pratiques dans 3 sites au moyen d'interviews prenant en compte la variété d'acteurs impliqués.

  5. Projet Braconnage et circulation des produits fauniques le long du rail (année : 2000)

    La gestion des ressources naturelles au Cameroun comme partout dans le bassin du Congo, pose le problème de leur dégradation rapide du fait de la pression démographique. Les ressources fauniques pour leur part, connaissent une situation particulière marquée à la fois par la réduction drastique du potentiel existant, la disparition rapide des espèces animales et la non maîtrise des données pouvant permettre l'élaboration d'une stratégie fiable et pérenne de conservation de ces ressources. D'où l'intérêt du Cameroon Environmental Watch d'appréhender les contours du trafic et des transactions toujours croissants des produits fauniques et ce, afin d'identifier quelques pistes d'action en vue d'infléchir à défaut d'inverser cette tendance. Pour y parvenir, trois approches complémentaires ont été adopté suivant les moyens disponibles :
    - une revue documentaire des textes réglementaires et autres portant sur les échanges des produits fauniques
    - la participation, l'appui financier et technique aux patrouilles de contrôle organisées par les services technique du MINEF
    - une descente de terrain sur le tronçon Yaoundé- Ngaoundal et l'axe Belabo- Bertoua d'une équipe de chercheurs. Le projet a été réalisé grâce à l'appui financier de la World Society for the Protection of Animals.

  6. PROJET GLOBAL FOREST WATCH : CAMEROON ENVIRONMENTAL WATCH ET LE SUIVI DE L'EXPLOITATION FORESTIERE( de 1998- 2003 et ….)

    Les difficultés relevées au niveau de l'application des lois en matière de gestion de la ressource forestière ont conduit le CEW à rechercher les solutions à l'épineux problème de l'illégalité en matière d'exploitation forestière. Cette entreprise nécessite au préalable le choix de quelques indicateurs spécifiques qui servent d'instruments de mesure du degré d'application des lois en vigueur dans le domaine de l'exploitation forestière. L'un de ces indicateurs est l'infraction. D'où l'intérêt que porte le CEW sur ce problème, non pour se focaliser sur les particularismes et les individualités, mais beaucoup plus sur la recherche des tendances de manière à pouvoir contribuer aux réflexions stratégiques.
    Il a été aidé dans cette tâche par le World Resource Institute (WRI) à travers le programme Global Forest Watch qui lui a fourni un appui financier.
    Les méthodologies recoupent les Revues littéraires de différents rapports administratifs et techniques et des publications à caractère plus ou moins scientifique, l'Analyse de la presse (officielle et privée), les interviews de terrain, les traitements statistiques, la cartographie Thématique et synthétique de et les Systèmes d'Information Géographique (SIG).
    L'étude faite sur les provinces du Centre et de l'Est révèle ce qui suit :
    - Après vérification de l'enregistrement, il a été noté que leur nombre a considérablement chuté (85%) entre 1985-1995. Les raisons de cette chute drastique restent pour le moins ambiguës : Si les compagnies forestières traînent encore les pieds pour ce qui est du respect de la loi forestière, la chute du nombre de procès verbaux d'infraction peut dans ce cas se justifier par les insuffisances de l'administration à faire respecter la loi (moyens logistiques limités, corruption et absence de transparence dans l' exercice du Droit).
    - En outre, au cours de la même période, le CEW constate après enquête que le taux de procès verbaux pour lesquels il n'y a eu aucun suivi est en hausse (de 28% en 1985, il passe à 96% en 1994).
    - En poussant plus loin l'analyse, on dénombre les raisons suivantes :
    - Intervention d'une personne influente (21% des procès verbaux) ;
    - " Ne peut être tenu pour juridiquement responsable " (13%) ;
    - Absence des preuves (11%) ;
    - Irrégularité dans la procédure administrative (10%) ;
    - Première infraction (8%) ;
    - Pas de justification (6%) ;
    - Autres (31%).
    La majeure partie des contrevenants, souligne le CEW est constituée de particuliers (86% des procès verbaux d'infraction). Pourtant les compagnies (seulement 13% des procès verbaux d'infraction détiennent plus de droits d'exploitation que les particuliers.
    Les travaux du CEW dans le cadre du GFW se sont poursuivis en 2002 avec la publication de 3 rapports :
    - Le secteur forestier camerounais en mutation - étude de performance de l'exploitation forestière - Etude et Essai d'évaluation de la page contentieux des rapports administratifs de l'environnement et des forêts

© 2003 AEDEV. All Rights Reserved.
Legal Notices, Reprints, Privacy Policy
PRESENTATION | PROJETS REALISES | PROJETS EN COURS | PARTENAIRES | CONTACT | NOUVELLES | STAFF